WCC: Statement on the Climate Change Emergency

World Council of Churches

EXECUTIVE COMMITTEE

Bossey, Switzerland

20-26 November 2019

Doc. No. 04.3 rev

Statement on the Climate Change Emergency

But the earth will be desolate because of its inhabitants, for the fruit of their doings.

                                      – Micah 7:13

Recent extreme weather events of increasing strength and frequency around the world together with further studies conducted by the Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) have jolted many into belated recognition that the climate crisis is not a distant prospect, but is upon us today.

From Hurricane Maria, Tropical Cyclone Idai, Hurricane Dorian and Typhoon Hagibis which caused loss of lives and left widespread devastation in Puerto Rico, in Mozambique, Zimbabwe and Malawi, in the Bahamas and in Japan respectively, to ongoing bushfires in Australia and California, to unprecedented flooding in Bangladesh and in Venice, and to the very recent landslide following exceptionally heavy rains in Kenya, the impacts on our communities – especially the poorest and most vulnerable among us – and on the bountiful Creation that God has entrusted to human beings as stewards – are now all too tragically real.

The latest IPCC special reports on climate change, land, oceans and cryosphere confirm that climate change has become a top driver of hunger all over the world, and project rising sea levels of up to 1 metre by 2100 due to melting glaciers, water scarcity affecting nearly 2 billion people and more intense sea-level events such as storms and flooding, if warming is not kept at the safer limit of 1.5°C above pre-industrial levels.

Moreover, exceptionally destructive fires and the encroachment of industrial agriculture and mining, have greatly increased concern about runaway deforestation in the largest remaining rainforest ecosystems – the earth’s lungs, the home and heritage of many Indigenous Peoples, and a critical resource in confronting the threat of climate change. Especially in the Amazon, in the Congo Basin, and in West Papua and elsewhere in Indonesia, this resource is, often deliberately, being squandered at a perilous rate.

Children, young people and ordinary citizens have made public demonstration of their outrage at the lack of any adequate response by governments to the gravity of this global crisis, and against the backsliding by some governments. Children have been obliged to mobilize and to raise their voices to demand what adults have failed or refused to deliver – fundamental changes to our economic and social systems in order to preserve God’s Creation and their future.

Indeed, a recent research report shows that governments are currently projected to produce 120% more fossil fuels by 2030 than can be burned if the world is to limit warming to an increase of 1.5°C

In particular, the United States’ formal notification of its intention to withdraw from the Paris Agreement – despite the increasingly disastrous impact of extreme weather events in the US itself – seriously undermines the best hope the international community had secured for a multilateral global response to the climate crisis. This is an abject failure and abdication of global leadership, at precisely the historical moment when such leadership is most needed. It will embolden other backsliding states. It impoverishes and imperils all of us.

The protests against widening inequality in Chile, triggering the move of the 25th Conference of Parties (COP 25) of the UN Framework Convention on Climate Change (UNFCCC) from Santiago to Madrid, underscore the importance of holding together the goals of sustainability and equity, and ensuring that the costs of transitioning to a carbon neutral economy are not borne by those who already have few resources. In other words, there can be no real transition without socio-economic justice.

The time for debate and disputation of established scientific facts is long over. The time for action is swiftly passing. We will all be held to account for our inaction and our disastrous stewardship of this precious and unique planet. The climate emergency is the result of our ecological sins. It is time for metanoia for allWe must now search our hearts and our most fundamental faith principles for a new ecological transformation, and for divine guidance for our next steps to build resilience in the face of this unprecedented millennial challenge.

The executive committee of the World Council of Churches, meeting in Bossey, Switzerland, on 20-26 November 2019, therefore:

Joins other faith leaders, communities and civil society organizations in declaring a climate emergency, which demands an urgent and unprecedented response by everyone everywhere – locally, nationally and internationally.

Expresses its bitter disappointment at the inadequate and even regressive actions by governments that should be leaders in the response to this emergency, especially inaction to stop fires and deforestation, the destruction of Indigenous Peoples’ ancestral lands and livelihoods, and attacks on ecological defenders; the weak commitments made under the Paris Agreement; and measures that place additional financial burdens on poor communities.

Calls on COP 25, taking place in Madrid on 2 to 13 December 2019, to:

–        set the groundwork for committing to more ambitious cuts in greenhouse gas emissions as part of Nationally Determined Contributions with a view to attaining carbon neutrality by 2050 and limiting warming to not more than 1.5°C;

–        ramp up commitments by wealthy nations to provide sufficient, predictable and transparent climate finance to low-income nations for adaptation and resilience-building;

–        strengthen the Warsaw International Mechanism for Loss and Damage to include finance to support people and communities affected by the impacts of the climate emergency; and

–        promote actions to engage and learn from Indigenous Peoples in and beyond the UNFCCC process, protect biodiversity, combat deforestation, encourage agro-ecology and construct circular and redistributive economies.

Invites UN system partners, consistent with the critical research and policy advice emanating from UN sources, to examine and divest from fossil fuel investments in their own banking systems and pension funds.

Calls on member churches, ecumenical partners, other faith communities and all people of good will and moral conscience to find the means whereby we can make a meaningful contribution in our own contexts to averting the most catastrophic consequences of further inaction and negative actions by governments – and may join in confronting this global crisis through concerted advocacy for climate change mitigation and adaptation, zero fossil fuel use and a “just transition”, as well as through local action, everywhere – in our fellowship, our churches, our communities, our families, and as individuals.

Climate change: ‘Bleak’ outlook as carbon emissions gap grows

This article is by Matt McGrath, the BBC New’s Environment correspondent and relates to the latest depressing news which results from the failure of governments around the world to place this issue at the top of their political agendas. We and many others, including all credible scientists are clear – 2050 is too late!

  • 26 November 2019
fires
Image captionClimate change is said to have increased the severity of recent wildfires in Australia

Countries will have to increase their carbon-cutting ambitions five fold if the world is to avoid warming by more than 1.5C, the UN says.

The annual emissions gap report shows that even if all current promises are met, the world will warm by more than double that amount by 2100.

Richer countries have failed to cut emissions quickly enough, the authors say.

Fifteen of the 20 wealthiest nations have no timeline for a net zero target.

Hot on the heels of the World Meteorological Organization’s report on greenhouse gas concentrations, the UN Environment Programme (Unep) has published its regular snapshot of how the world is doing in cutting levels of these pollutants.

The emissions gap report looks at the difference between how much carbon needs to be cut to avoid dangerous warming – and where we are likely to end up with the promises that countries have currently committed to, in the Paris climate agreement.

The UN assessment is fairly blunt. “The summary findings are bleak,” it says. “Countries collectively failed to stop the growth in global greenhouse gas emissions, meaning that deeper and faster cuts are now required.”

The report says that emissions have gone up by 1.5% per year in the last decade. In 2018, the total reached 55 gigatonnes of CO2 equivalent. This is putting the Earth on course to experience a temperature rise of 3.2C by the end of this century.

Just last year, the Intergovernmental Panel on Climate Change warned that allowing temperatures to rise more than 1.5 degrees this century would have hugely damaging effects for human, plant and animal life across the planet.

This report says that to keep this target alive, the world needs to cut emissions by 7.6% every year for the next 10 years.

“Our collective failure to act early and hard on climate change means we now must deliver deep cuts to emissions – over 7% each year, if we break it down evenly over the next decade,” said Inger Andersen, Unep’s executive director.

The report pays particular attention to the actions of the richest countries. The group of the 20 wealthiest (G20) are responsible for 78% of all emissions. But so far, only the EU, the UK, Italy and France have committed to long-term net zero targets.

forest clearing
Image captionForest clearing in Asia has contributed significantly to carbon emissions over the past decade

Seven G20 members need to take more action to achieve their current promises. These include Australia, Brazil, Canada, Japan, the Republic of Korea, South Africa and the US.

For example, Brazil’s plans were recently revised, “reflecting the recent trend towards increased deforestation”.

Three countries – India, Russia and Turkey – are all on track to over-achieve their plans by 15% but the authors of the report say this is because the targets they set themselves were too low in the first place.

For three others – Argentina, Saudi Arabia and Indonesia – the researchers are uncertain as to whether they are meeting their targets or not.

flooding
Image captionFlooding is one of the most damaging consequences of rising temperatures

That leaves China, the EU and Mexico as three countries or regions that are set to meet their promises or nationally determined contributions (NDCs), as they are called, with their current policies.

Without serious upgrades to most countries’ plans, the UN says the 1.5C target will be missed by a significant amount.

“We need quick wins to reduce emissions as much as possible in 2020, then stronger NDCs to kick-start the major transformations of economies and societies,” says Inger Anderson.

“We need to catch up on the years in which we procrastinated,” she added. “If we don’t do this, the 1.5C goal will be out of reach before 2030.”

The report outlines some specific actions for different countries in the G20.

renewable
Image captionThere will have to be a huge increase in spending on renewable energy

So for Argentina it’s recommended that they work harder to shift the public towards widespread use of public transport in big cities. China is urged to ban all new coal-fired power plants, something that recent research casts doubt on.

The biggest focus of action is the energy system. To get a sense of the massive scale of change that is needed, the study says the world will have to spend up to $3.8 trillion per year, every year between 2020 and 2050 to achieve the 1.5C target.

The impression that time is running short is reinforced by the report – and UN negotiators gearing up to meet in Madrid next week at COP25 are feeling the pressure to increase their ambitions on carbon.

“This is a new and stark reminder by the Unep that we cannot delay climate action any longer,” said Teresa Ribera, Spain’s minister for the ecological transition.

“We need it at every level, by every national and subnational government, and by the rest of the economic and civil society actors. We urgently need to align with the Paris Agreement objectives and elevate climate ambition.

“It would be incomprehensible if countries who are committed to the United Nations system and multilateralism did not acknowledge that part of this commitment requires further climate action. Otherwise, there will only be more suffering, pain, and injustice.”

Let Them Eat Larvae

This is an article by Christopher Pollon, a Vancouver-based independent journalist and explores alternative sources of protein. Whilst many humans might bulk at eating such products, consider the positive environmental impacts of using it for animal food. 

Farmers are feeding their livestock the larvae of black soldier flies—an abundant, sustainable snack that’s quietly greening the industry, one maggot at a time.

My visit to see the future of farming begins in an unlikely place, on the edge of a 60,000-square-foot insect farm in the suburbs of Vancouver, British Columbia. 

I am standing inside what workers at Enterra, one of the world’s most commercially advanced insect agriculture companies, call “the love shack”—a humid warehouse where adult black soldier flies reproduce and the females lay up to 600 eggs at a time.

The love shack is an unnerving place to visit: black soldier flies do not bite (they do not have mouths; the adults subsist on a small abdominal fat sack), but they are not shy about landing and crawling all over you. Most are contained by netting and stacked vertically. Virtually no land is needed for breeding, which is happening all around me. 

Enterra’s insect larvae (bug farmers prefer this to “maggots”) are technically livestock, making this, by population, one of the largest animal husbandry operations in the world—and part of an early-stage farming experiment that might be the start of the green future animal farming has been searching for.

In recent years, the $400 billion global animal feed market has grown hungry for alternatives to wild fish and soybeans, currently the two dominant animal feed protein sources. 

And it’s about time alternatives came around. The United Nations Food and Agriculture Organization issued a report in 2006 that found livestock is responsible for 18 percent of global greenhouse gas emissions. Since then, they’ve discoveredthat it’s not livestock itself, but the food livestock eats, that produces almost half of those emissions. 

Companies like Enterra are betting that this unsustainable link in the food chain will be gradually replaced by insect protein, which feeds on food waste and is carbon neutral. If a handful of fledgling global bug farmers can be successful, 2019 could be a make-or-break year for insect agriculture, and an opportunity to eliminate vast water and land pollution, protect forests and global fish stocks, and slash runaway greenhouse gas emissions. 

About a quarter of the world’s commercial fish catch today—mostly forage fishes like herring, menhaden and anchoveta—are reduced into protein meal and oil to feed livestock and other fish. Meanwhile, soybeans consume vast tracts of deforestedland, and are grown with herbicides and other polluting chemicals.

It’s a simple premise: why feed our high-emission animals high-emission food when the world’s chickens, pigs, farmed fish and more can easily subsist on low-impact insect larvae that can be raised on the food and agricultural waste we currently discard? 

Enter the black soldier fly (BSF), a quick-to-mature, non-invasive insect that has a voracious appetite during its larval stages. At Enterra’s farm, they thrive on a diet of 100 percent pre-consumer food waste. The operation requires no water and a miniscule footprint of land, with negligible methane or greenhouse gas emissions.

“This is the future of food,” says Bruce Jowett, director of marketing for Enterra, a private Canadian company that sells farmed fly larvae products directly to commercial feed companies. “We are diverting food waste from the landfill, and black soldier fly larvae convert it into protein.”

Compared to other livestock raised as sources of protein feed, black fly larvae require a fraction of the space and emissions-producing resources to grow.

On the cusp of a mass expansion, Jowett says Enterra will soon be ready to supply an industrial-scale stream of insects to a protein-hungry world. And they’re not the only ones. 

The race is on

Enterra is one of at least six early-stage insect agriculture companies around the world—based in Europe, Canada, the U.S. and China—engaged in a race to prove their own proprietary approaches to farming insects can supply animal feed on the scale required to be commercially successful.

Most of them raise black soldier flies, which are super-fast to mature, and whose bodies in the larval stages are rich in fat, protein and calcium. Their larvae are pressed into a fat-rich oil; their bodies are ground into a high-fat/protein powder meal particularly good for aquaculture; and their molted skins and feces (called “frass”) are processed to make an excellent fertilizer.

EnviroFlight opened its first commercial-scale farm near Cincinnati last year, while Enterra is set to begin commercial production at a new CAD$30 million (about USD$23 million) 160,000-square-foot insect farm in Alberta this fall, with new farms planned for Greater Vancouver and Ohio in the next five years.

The black soldier fly is a quick-to-mature, non-invasive insect that has a voracious appetite during its larval stages— perfect for converting waste into biomass that can then be fed to livestock.

Europe is a particular hotbed, home to companies like England’s AgriGrub, which produces about eight tons of BSF per year for fertilizer and bird and reptile pet feed, and Protix, one of the biggest companies, with farms in the Netherlands and Asia. 

InnovaFeed, a relative newcomer, has built the world’s largest insect production facility to date, producing 300 tons of insect meal per year in the north of France. But the company is scaling up, says spokesperson Maye Walraven, with a new facility opening in 2020 that is capable of producing 10,000 tons of insect meal annually—enough to feed 35,000 farmed salmon until maturity—with five similar-sized units planned for Europe, the U.S. and Asia by the end of 2022. This company made news earlier this summer when it signed a deal with Cargill, one of the world’s biggest agricultural food and animal feed companies, to jointly market its insect protein for the global farmed salmon industry.

The interest from Cargill, the biggest private company in the United States, bodes well for the future of the world’s nascent insect farmers. In 2015, Cargill paid over €1.35 billion (about USD$1.5 billion) to buy Norway’s EWOS, which produces about a third of the world’s feed for farmed salmon and trout.

“As aquaculture continues to grow, fish meal substitutes will be necessary, and this is where insects can play a key role,” says Cheryl Preyer, a spokesperson for the North American Coalition for Insect Agriculture, an industry trade group. “With amino acid profiles very similar to those of fish meal, insects can help by extending or replacing fish meal in those diets.”

Fish farmers could be forced to seek out protein from alternatives like insects sooner rather than later. Faced with dwindling wild fish stocks diminished by overfishing and climate change, the availability of wild fish is an open question moving forward. According to a June report by the FAIRR network of investors, warming waters in 2014 reduced anchovy yields in Peru, the world’s biggest exporter of fish feed. As a result, fish feed costs ballooned from $1,600 to $2,400 per ton.

Chickens, if given the choice, will devour all the bugs they can find, too. Last spring, Reuters reported that fast food behemoth McDonald’s is studying using insects as chicken feed to reduce its reliance on soy protein.

“With a population that is growing exponentially and finite resources on our planet, Cargill is proactively looking for alternative feed ingredients and new proteins to feed the world. We are therefore encouraging the emergence of several alternative ingredients which will enable a growing feed and food industry.”

Ziv added that the appeal of the BSF is that it can be produced in a sustainable way using agricultural waste—all at a cost that is competitive.

Insects are happy to eat the food waste that we humans discard or ignore, converting it into high-quality protein and fat. And herein lies the great promise of insect agriculture. Starchy waste from corn and wheat processing feeds InnovaFeed’s bugs; AgriGrub is involved with experiments to use marine algae as BSF feed; and for Enterra, their larvae gorge on pre-consumer food waste, otherwise destined for the landfill.

Along the way, huge reductions in greenhouse gases are possible. InnovaFeed has calculated that by feeding insect meal to animals, the company can eliminate 25,000 tons of CO2 emissions per year with each 10,000-ton-production facility it operates—the equivalent to taking 14,000 cars off the roads.

Back at Enterra’s farm, I visit a food mixing warehouse, where waste food—much of it discarded due to appearance or expiry date—is collected from bakeries, food processors and warehouses. (Jowett estimates 30 to 40 percent of all food produced for human consumption is wasted). There are dozens of watermelons on the concrete floor, piled crates of ripe Roma tomatoes and about a ton of fresh pasta. The food waste is mixed together and fed to the larvae in liquid smoothie form. Getting the right dietary balance is so important, Enterra has a nutritionist on staff to ensure the optimal mixture for health and growth.

After the larvae are cooked and dried, which kills the insects and any pathogens therein, they are pressed for oil and the remaining solids converted into a powdery meal.

The lucky one percent that escape the kiln or press end up at the love shack, where this journey begins all over again.

Helene Ziv, director of risk management and sourcing for Cargill’s animal nutrition business, confirmed that the InnovaFeed partnership will go beyond aquaculture, to include using insect protein to feed chickens and piglets, and to explore the unique health benefits of insect oil for farmed animals.

The 1995 Symposium on the Book of Revelation and its meaning for Today

As many of you will know I was asked to be part of the initial Holy Gardens of Patmos Project team earlier this year, with a goal to examine the situation for animals on the island and how they might fit into this wider project. This brief article by another of the attendees, Fred Krueger, gives context to our explorations on the theme. Final comments by CN.

As background to our 2019 exploration of the potential for a model development for the world, it is helpful to recall that in 1995 religious leaders gathered from around the world to examine the relevance of the Book of Revelation for our present global environmental predicament.

In 1995 on the 1900 year anniversary of the Book of Revelation, Ecumenical Patriarch Bartholomew together with His Royal Highness Prince Philip, president of the Worldwide Fund for Nature, convened a week long symposium on The Book of Revelation and its meaning for the world today. They brought together over 200 scientists, religious leaders, philosophers, economists, artists and government officials to examine the nexus of religion and the environment.

In this examination of The Book of Revelation, religious leaders saw that at the climax of the New Testament, there is no conclusion but only an opening to the work of the Holy Spirit in the future and the promise of a new creation. There is the promise of a new heaven and a new earth; a new community in a holy city. There is a river of life and a tree with leaves for the healing of nations. St. John’s vision is of a united human family – of every nation and kindred singing a new song.

In his opening remarks Ecumenical Patriarch Bartholomew pointed out: “We desire not only a pollution free world, but a ‘healing of nations…’ Our common future depends on developing a way to perceive and participate in the world, which will complement the analytical approach with an ecological awareness of entities in their various relationships…. The work which lies ahead for us is to translate this world community, which exists as an object under threat into a subject of promise and hope.”

Representing a Roman Catholic perspective His Eminence Roger Cardinal Etchegary, in his paper, “The Apocalypse… A New Genesis,” provided a conclusion: “It cannot be repeated too often that the Revelation to John describes not the end of the world, but quite the contrary, the new creation of the world.” He continues, “It is important to underline that the new Creation does not define itself by a sort of ascension to heaven of redeemed humanity, and therefore by the disappearance of the earth, but on the contrary, by a solemn descent to earth. ‘I saw the holy city, New Jerusalem, coming down out of heaven from God, prepared as a bride adorned for her husband. And I heard a great voice from the throne saying, ‘Behold, the dwelling of God is with men…’ (Revelation 21:2,3).

From the Anglican Church, the Rt. Reverend and Right Honorable Richard J Chartres, Bishop of London, added these insights. “We ought to note that the vision is the coming of the eternal world with people from ‘every tribe and tongue and nation,’ participating in the reign of God. They shall not live as mere subjects but ‘the Lord God shall give them light and they shall reign for ever and ever.’ “For what it is worth, in reading and re-reading Revelation I feel my own agenda shifting, my complacency judged, my sense of urgency intensified and my hope enlarged of a world community in harmony with creation, assembled by the Spirit of God and flowing from the Resurrection of the One who spoke to John like the voice of ‘many waters.’”

Metropolitan John of Pergamon added another theme in his statement: “We are used to regarding sin mainly in anthropological or social terms, but there is also sin against nature, since evil upsets the created order as a whole. The solution of the ecological problem is not simply a matter of management and technicalities, important as these may be. It is a matter of changing our world view. For it is a certain world view that has created and continues to sustain the ecological crisis.”

These insights by the assembled religious leaders reflect the evidence of the worsening state of the environment and its grim implications for the future. Religion, with its access to moral and symbolic dimensions, can espouse the imperative of scientific observation and endow society with a new vision that can lift science from its isolation as a social force and promote it into a materially-based pillar of moral and spiritual existence.

The Patmos Principles

The symposium recommended seven ‘Patmos Proposals’ to guide future actions and initiatives taken by individual participants. In response to the Ecumenical Patriarch’s invitation to participate in the symposium Revelation and the Environment, participants produced the following proposals in response to the growing concern for the future of the world’s environment. The participants believe that in his support for the symposium, the Patriarch can act as a leader, not just in his, but for other religions, to encourage global environmental awareness crucial to achieving a sustainable environment on earth.

1. A New Sense of Sin All religions affirm as an imperative, the need to care of the Earth and the whole of nature. To pollute the environment or not to take care of it should be seen as sin. This new sense of sin extends beyond what has been traditionally considered wrong.

2. Recognise and support the rights of traditional communities This involves recognising that indigenous peoples are the architects and stewards of sustainable management, the guardians, and in the case of crop plants and animals, the creators of biodiversity; we urge churches, scientists and environmentalists to support the cause of indigenous peoples and traditional communities throughout the world.

3. Recognize the lack of environmental knowledge At many levels of society, the Church should encourage the development and implementation of education programs for audiences from all schools (including Sunday Schools) to adult (including seminary).

4. An Exchange of Information between Church, science and society Recognising that the improvement of information exchange between Church, NGOs and government on environmental matters is of crucial importance, the Church should encourage efforts at planning, collaboration, and co-operation whenever and wherever possible.

5. Establish clear leadership The Church should take positive steps in establishing sustainable and environmentally-friendly land-use practices, resource use and investments

6. Recognize the role of the world’s media The world’s media play a vital role in promoting awareness of environmental issues. The Church should encourage the media to feature environmental issues on earth.

7. The urgency of environmental problems Recognising the urgency of the Earth’s environmental problems, projects promoting the Patmos Proposals are of utmost urgency.

At the end of the Symposium, participants joined in to a large planting of trees around the island.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Jump forward 25 years and we shall see that despite the efforts of the Church, many of those in power, both in the church and outside of it, have failed to rise to the challenge. We are now in a grave situation because of the collective failures of many, despite the numerous warnings from the scientists, many in our churches and from elsewhere.

I have advocated that ‘priests’ of all faiths, imitate St Amphilochios of Patmos who gave those who came to confession, the task of planting a tree and caring for it for two years. This was shared on our FB page and reached over 30K. Imagine if just half of those planted a tree and if just some of our priests followed his vision.

There are now calls for reforestation projects around the world and i would like to see one on Patmos. I have also suggested to several groups, mayoral candidates and NGOs, a ‘Citizen Forest Initiative’ with local boroughs/mayors and church groups making land available for their citizens/parishioners to plant trees in order to save ourselves, our children and grandchildren, along with the rest of God’s beautiful creation. Let us pray and ask for God’s help with our work. Dr. Chris

“The Church of England must inspire change, not mimic societal norms.” Green Christian calls for Church of England to set an example on carbon targets

As you know Pan Orthodox Concern for Animals is not only pan-Orthodox, it works with other faith and secular groups who try to lessen the suffering of animals. This requires us to enter into discussions on for example, climate change, due to the large impact and suffering in the animal food production industries. Here is the latest offering from the Green Christian group.

Posted on November 13, 2019 by  Ruth Jarman Posted in Climate EmergencyMedia Release2 Comments ↓

Green Christian welcomes plans by the Church of England, announced last week, to “recognise the Climate Crisis and step up its action to safeguard God’s creation.”

The charity is seriously concerned, however, by the Environmental Working Group’s proposal that General Synod should support the Government’s carbon reduction of net zero carbon by 2050. It is particularly worrying that this is described as being “in line with UK Government policy” as if this provides due justification for the target. 

Speaking today (Wednesday, 13 November), Deborah Tomkins, Co-Chair of Green Christian, said:

“The Church of England should be setting an example of environmental responsibility to the nation, not merely supporting existing policy and practice. Christians ought to set the highest standard of ethical behaviour as an example to others. The 2050 target will dismay those in the Church who expect its leaders to inspire change rather than mimic societal norms.”

She indicated that Green Christian will campaign over the coming months for members of the General Synod to adopt a far more challenging target.

Tim Cooper, a Green Christian Trustee and Professor of Sustainable Design and Consumption at Nottingham Trent University, added:

“Experts increasingly agree that the Government’s 2050 deadline is inappropriate. Institutions, regional authorities and opposition parties are increasingly advocating 2030 as a target – and even this may be inadequate. The Working Group’s current proposal is weak and indefensible.”

Notes

  1. The Environmental Working Group’s guidance bishops, dioceses and church leadership teams also includes an environmental campaign during Lent, engaging with the UN climate change summit (known as COP26) and making the environment a central part of the Lambeth 2020 Conference.
  2. Green Christian exists to encourage and inform Christians on green issues and to offer Christian insights to the wider environmental movement. The charity seeks to encourage all Christians in prayer, protest, campaigning and environmental witness, as well as living more gently with joy on the Earth.  See its website (www.greenchristian.org) for details of further resources offered.
  3. In June Green Christian criticised the Climate Coalition’s The Time is Now mass lobby of parliament because of their 2045 target date for UK net zero emissions, saying “The Time is Now, not 2045!” and that setting a date post 2025 “would cross a moral threshold and hold future generations to ransom“.
  4. Sir David King, a former Chief Scientific Adviser to the UK Government, recently said on Radio 4 (at 8:30 minutes into the programme) – “The right date [for net zero emissions] is probably in the past.” He also said “I think it’s not necessary to argue whether or not [zero emissions by 2030] is realistic, we need to look at what is necessary, and if we look at what is necessary we need to be doing that well.”

ICON – CHRIST BREAKING THE BONDS OF ANIMAL SUFFERING

As a result of recent questions on the Icon we have reposted this article.

More information is found in the book ‘Eastern Orthodox Christianity and Animal Suffering: Ancient Voices in Modern Theology’ published by Cambridge Scholars Publishing, out in paperback January 2020.

ICON – CHRIST BREAKING THE BONDS OF ANIMAL SUFFERING

Here is a brief post on a new Icon representing Christ’s concern for animal suffering. It is on the basis of the arguments laid out in my PhD and forthcoming book that led me to instigate discussions with one of the United Kingdom’s most experienced iconographers Aidan Hart.[1] Our collaboration on this theme has led to the creation of a beautiful triptych entitled Christ Breaking the Bonds of Animal Suffering.

I also asked Aidan to write a brief explanation of the meaning behind some of the symbols in the Icon:

The icon suggests Paradise by the inclusion of trees, sea, grass, bees, birds, fish, snake and lizard, all of which look healthy. These creatures, and Saints Irenaeus and Isaac, face Christ, acknowledging Him as their Creator and Sustainer. One of the bees flies towards Him. This attitude of praise lies at the heart of Edenic life, just as ingratitude lies at the heart of the hellish life… This triptych shows Christ in the midst of creation, like a second Adam in paradise. He blesses with it His right hand, and directs it with His left.  He is a prophet, priest and king of creation. 

In our discussions I expressed the desire for the icon to depict different aspects of animal suffering in the contemporary world whilst ensuring that it was grounded in both Eastern Orthodox theology and in the Patristic teachings of Luke 13:15 and 14:5.[2] I gave Aidan some ideas on how Christ might be depicted surrounded by a variety of animals, some emaciated, emerging from cages with broken doors, whilst others would be shown with broken chains, thus symbolising the breaking of the bonds of death and power of Satan. Aidan beautifully captures this brief in the center panel and explains that the icon:

...shows Christ blessing and liberating them, the tiger and chicken from their cages and the dog from its chains. Christ has come to set not just humanity free, but all creation. [3]

Cruelty to animals not only causes physical suffering to the victims but also introduces a tragic dissonance to this cosmic hymn. Such behaviour is therefore a sin not only against the animals, for it is also a failure of us humans to be conductors of the Eucharistic choir.

Aidan also explains that the image doubles as an image of Christ’s second coming:

Rome is home to numerous apse mosaics dating from the first millennium. Some of them show Christ in the midst of brightly coloured clouds. Examples are found in the churches of Santa Cecilia in Trastevere, Santi Cosma e Damiano, Santa Constanza, Santa Prassede, and Santa Maria Trastevere.  What do these clouds represent? They are clouds of a sunrise, and thus indicate Christ’s Second Coming in glory:

…then will appear the sign of the Son of man in heaven, and then all the tribes of the earth will mourn, and they will see the Son of man coming on the clouds of heaven with power and great glory… (Matthew 24:30)

Most of these apses also bear a cross at the apex. This is the “sign of the Son of Man” that will appear in the skies at Christ’s coming, a sign traditionally understood by the Orthodox Church to be the cross.  The stars that surround our cross in the triptych represent the host of heavenly angels that will accompany Him.

On either side of Christ are Saints Irenaeus of Lyon and Isaac the Syrian who are depicted holding scrolls of texts which refer to two of their important teachings for this theme. On the left panel we have one text from St Irenaeus (Against Heresies 2:2:5) which reminds us, should we forget: ‘Now, among the “all things” our world must be embraced.’ It is as a result of our failure to remember this teaching and others like it, that has resulted in our current ecological crisis and incalculable animal suffering.

On the right panel is St. Isaac with a lesser known teaching from Mystic Treaties, (Ch.1): ‘Oppression is eradicated by compassion and renunciation.’ Here we are reminded that it is through compassion – and we could add other virtuous behaviours – together with a recognition and renunciation of our sins against ‘all things’ in creation,  that will enable us to rid ourselves and those we are to care for, of all forms of oppression and harmful vested interests.

Both of these teachings are grounded in the Saint’s love and desire to reflect the true image of God.  The icon above reflects just that.

[1]  Aidan Hart Icons  http://www.aidanharticons.com. Aidan’s article will be posted on our website when complete.

[2] Drawn either side of Christ in the centre panel. The discussion on Patristic teachings on Luke 13:15 & 14:5 has been discussed in greater detail in my article in the Greek Orthodox Theological Review,Volume 61 Fall-Winter 2016 Numbers 3-4:125-140.

[3] Rom 8:19-23.

ANIMALS IN WAR REMEMBRANCE SERVICE NOV 2019

At the weekend, Pan Orthodox Concern for Animals representatives attended the Service of Remembrance Sunday, which commemorates the animals who have died in various human conflicts. This was held at the ‘Animals in War Memorial’ in Park Lane. The Memorial is beautiful, moving and well worth a visit.

The service was organised by the Anglican Society for the Welfare of Animals (ASWA) and undertaken by Revd Prof Martin Henig and Revd Dr Helen Hall (Front row). Fr. Simon from our charity is in the back row. Prayers were said, hymns were sung and wreaths were laid.

A small pamphlet ‘Animals in War’ by Louise Clark, was freely available and we include some of that information here.

London’s Park Lane memorial is dedicated to the often forgotten animal victims of war, who served, suffered and died whilst involved in human conflict. The numbers of fallen animals in this pamphlet reminds us of the huge sacrifice of animal life involved in human conflicts: 326,073 horses died in the Boer War; 8,000,000 died in the WW1. It was the sight of ex-cavalry horses who were sold into hard labour on the streets or in the stone quarries of Egypt that led to the establishment of The Old War Horse Memorial Hospital in Cairo which is now known as The Brooke Hospital. Other animals listed are mules and donkeys; pigeons; dogs; cats; camels; oxen and elephants, dolphins and sea lions; canaries – even glow worms which were used in WW1, to allow soldiers to read maps in the dark before going over the top of the trenches.

When we returned from our time in Pakistan, we took with us a Mine Clearance dog, who was deaf and old but lived out her days with us with a great deal of love and care. When she was diagnosed in cancer when living with us in the Seychelles, the vet came to our home out of respect for her service to mankind. She was given a burial at sea curtesy of our friends at the local diving club.

We are also informed of the animals who are ‘civilian’ yet caught up in the wars across the globe, learning of the animals in zoos who are forgotten and die from hunger or thirst, or who are stolen and killed for food and, of the efforts of service men and women who have tried to bring back animals they have befriended in conflict zones such as Iraq and Afghanistan.

This pamphlet can be obtained from ASWA at AngSocWelAnimals@aol.com

Intercessions for Remembrance Sunday 2019, was given by Revd. Prof. Martin Henig and is used here with permission:

Loving Lord, we pray for your wonderful creation; we pray for peace in our world; we pray for mindfulness of and forgiveness for the long history of human conflict resulting in the suffering of humans and other animals over countless generations; we pray for those engaged or co-opted  in conflict both as combatants and as civilians and all creatures who have suffered and are suffering as a result of war, especially in the past century or so.

 This afternoon we meet together in prayer especially for those who have cared and continue to care for animals in battle and in conflict zones, whether members of armed forces or civilians, just as we pray for the animals themselves. We give thanks for the love and gentleness of all who have honoured and continue to honour the integrity of life, human and non-human, as the gift of God.

Lord hear us…Lord graciously hear us.

Loving Lord, we give thanks for those animals that have born the burden in wars, not their own choosing, for the species shown on this memorial. We remember the horses taken from their farms to serve as cavalry mounts and as beasts of burden; we also recall the many donkeys and asses, camels and elephants, dogs and pigeons employed in war.

Lord hear us… Lord graciously hear us.

Loving Lord, we pray for the animals that have been loving companions to men and women, facing loneliness, and isolation in conflict zones and given that love which we call ‘humane’ though often expressed where most needed in conflict zones by non- human creatures.

Lord hear us… Lord graciously hear us.

Loving Lord, we pray for all animals which have been killed, suffered from wounds, suffered from trauma, have lost security and habitat; have suffered from malnutrition and from neglect as a result of the devastation of war. We pray for a time when swords will be beaten into ploughshares, and spears into pruning hooks, when humans and all other creatures will at last enjoy the heavenly bliss promised when Our Lord will restore all creation to the new Jerusalem, a new Eden.

Lord hear us… Lord graciously hear us.

Loving Lord, we ask for protection for all animals in the care of the armed forces and the police, whether on active service or on ceremonial duties, not forgetting police dogs so often on the front-line and facing danger when confronting criminals in our own country, We pray also for the wild animals on MOD land in this country and on sovereign bases abroad, and we pray for all those in the armed services as well as licensed civilians responsible for other creatures. Finally, we pray for ourselves and for all creation.

Lord hear us… Lord graciously hear us.

There was also an address by a Metropolitan Police Dog handler (see top photo) who described the strong bond between the handler and dog.  This too was very moving.

The service is held each year on the afternoon of Remembrance Sunday so please mark it in your diary for next year and come to celebrate the animals who have died in wars across the world.

The ceremony was attended by representatives from several animal organisations and we shall make this a regular POCA event with the laying of wreath and a prayer, written for this event by Fr Simon.

Sad mystery of elastic bands found on remote Cornish island solved

Seabird conservationists perplexed by discoveries on Mullion island work out depressing explanation. This corresponds to findings shown in the recent Blue Planet series and increasingly, in bird populations around the world, including the islands near my home in Wales.

Original article by Steven Morris @stevenmorris20

Mullion island, off the Cornish coast, is uninhabited and requires a permit to visit.
 Mullion island, off the Cornish coast, is uninhabited and requires a permit to visit. Photograph: National Trust/Seth Jackson/PA


There isn’t a lot to Mullion island, a jagged outcrop of volcanic rock that rises out of a crystal-clear sea just off the Cornish coast. Nobody lives on the island and visitors need a permit to land.

So when conservationists who occasionally paddle across on kayaks to carry out seabird surveys began spotting brightly coloured elastic bands – thousands of them – there was a little bit of head-scratching.

Had they washed ashore from a wreck or could it be that someone was playing a practical joke? Might they have been to do with the film crew that once shot an Agatha Christie adaptation there?

A few of the thousands of old elastic bands, together with parts of green fishing net, found by conservationists on Mullion island
 A few of the thousands of old elastic bands, together with parts of green fishing net, found by conservationists on Mullion island. Photograph: National Trust/Seth Jackson/PA

But the mystery of Mullion island turned out to be unromantic and upsetting.

Ornithologists from the West Cornwall Ringing Group and the National Trust have revealed that they believe the elastic bands have been brought to the island by seabirds mistaking them for worms while searching for food on the mainland.

The thought is that great black-backed and herring gulls had come across the bands in flower fields, gobbled them up and returned to the island. The bands had then been regurgitated by the birds on the island.

Depressing sign of the times: a pellet of undigested food containing a new yellow elastic band, collected from Mullion island
 Depressing sign of the times: a pellet of undigested food containing a new yellow elastic band, collected from Mullion island. Photograph: National Trust/Seth Jackson/PA

“It’s a bit depressing, a sign of the times” said Mark Grantham, from the West Cornwall Ringing Group. “It’s a beautiful place and people rarely go there but it shows how humans have an impact everywhere.”

Grantham said the group had been paddling across to count the birds since 2013 and had begun to notice the colourful bands. To avoid disturbing the birds, they usually kept their trips short and so did not realise just how many bands were there.

After this year’s breeding season, though, the group decided to paddle over and take a closer look.

Grantham said he thought the birds had been collecting the bands for decades.
 Grantham said he thought the birds had been collecting the bands for decades. Photograph: National Trust/Seth Jackson/PA

“We were puzzled why there were so many and how they’d got there,” said Grantham. “To save disturbing the nesting birds, we made a special trip over to clear the litter. Within an hour we’d collected thousands of bands and handfuls of fishing waste.

“The gull breeding season was disappointingly poor in 2019. These human pressures are doing nothing to help our seabirds.”

Some of the bands were new and bright, others faded and brittle. Grantham said he thought the birds had been collecting them for decades.

As well as the bands, small bundles of green fishing net and twine were also uncovered among the undigested food, likely mistaken by the gulls for tasty morsels floating on the sea surface. They also found a dead gull with a fishing hook it its gullet.

Rachel Holder, area ranger for the National Trust, said: “Ingested plastic and rubber is another factor in a long list of challenges which our gulls and other seabirds must contend with just to survive.

“Despite being noisy and boisterous and seemingly common, gulls are on the decline. They’re already struggling with changes to fish populations and disturbance to nesting sites – and eating elastic bands and fishing waste does nothing to ease their plight.

Some of the bundles of green plastic fishing net and twine that had been regurgitated by gulls, collected from Mullion island.
 As well as the bands, small bundles of green fishing net and twine were also uncovered among the undigested food. Photograph: National Trust/Seth Jackson/PA

“Places like Mullion island should be sanctuaries for our seabirds, so it’s distressing to see them become victims of human activity.”

Sitting half a mile off the coast of the Lizard peninsula in south Cornwall, Mullion island is a two-hectare outpost made up of volcanic pillow lava. Before the first world war, pilchard companies posted sentries on the island to look out for the dark patches in the sea that indicated shoals of fish.

Now the island is home to one of the largest colonies of great black-backed gulls in Cornwall, with up to 70 nests each summer, plus 50 cormorant nests.

Landing is prohibited except for researchers with permission. Ornithologists from West Cornwall Ringing Group visit to monitor the populations of gulls and cormorants, and to colour-ring their chicks to follow their movements.

The National Trust is calling on businesses to consider how they dispose of materials that could cause harm to wildlife
 The National Trust is calling on businesses to consider how they dispose of materials that could cause harm to wildlife. Photograph: National Trust/Seth Jackson/PA

The elastic bands are believed to have come from nearby horticultural fields, where they are used to tie together bunches of cut flowers. The trust is calling on businesses to consider how they dispose of materials that could cause harm to wildlife.

Lizzy Carlyle, the head of environmental practices at the National Trust, said“Single-use materials are having an alarming impact on our country’s most remote places. It’s up to all of us to take responsibility for how we use and dispose of these items – whether we’re producers or consumers.”

Gull populations are on the decline, with the herring gull – the species notorious for pinching food from unassuming tourists – appearing on the UK Red List of Birds of Conservation Concern.

Ocean acidification can cause mass extinctions, fossils reveal

Having seen the considerable reduction in the health of the reefs off the Seychelles between 2000 and 2007 and the rise in the temperature of the sea, this article by Damian Carrington Environment editor @dpcarrington, gives context to what is happening without most people noticing. Add to this, the problem of overfishing worldwide, much of which goes to feed farmed animals for the animal based diet and, the widely recognised fact that we are on target for a 4 degree rise in global temperatures by the end of this century – we can see that talk and targets of zero carbon emissions by 2050 are scandalously inaccurate and immoral .

Carbon emissions make sea more acidic, which wiped out 75% of marine species 66m years ago

Blue-green chromis schooling above finger corals underwater near Menjangan island
 Researchers say humanity risks potential ‘ecological collapse’ with seas becoming more acidic, as they absorb carbon emissions from the burning of coal, oil and gas. Photograph: John Anderson/Getty Images/iStockphoto

Ocean acidification can cause the mass extinction of marine life, fossil evidence from 66m years ago has revealed.

A key impact of today’s climate crisis is that seas are again getting more acidic, as they absorb carbon emissions from the burning of coal, oil and gas. Scientists said the latest research is a warning that humanity is risking potential “ecological collapse” in the oceans, which produce half the oxygen we breathe.

The researchers analysed small seashells in sediment laid down shortly after a giant meteorite hit the Earth, wiping out the dinosaurs and three-quarters of marine species. Chemical analysis of the shells showed a sharp drop in the pH of the ocean in the century to the millennium after the strike.Advertisement

This spike demonstrated it was the meteorite impact that made the ocean more acidic, effectively dissolving the chalky shells of many species. Large-scale volcanic activity was also considered a possible culprit, but this occurred over a much longer period.

The oceans acidified because the meteorite impact vaporised rocks containing sulphates and carbonates, causing sulphuric acid and carbonic acid to rain down. The mass die-off of plants on land after the strike also increased CO2 in the atmosphere.

“We show ocean acidification can precipitate ecological collapse,” said Michael Henehan at the GFZ German research centre for geosciences in Potsdam, who led the study. “Before we had the idea, but we did not have the empirical proof.”

The researchers found that the pH dropped by 0.25 pH units in the 100-1,000 years after the strike. It is possible that there was an even bigger drop in pH in the decade or two after the strike and the scientists are examining other sediments in even finer detail.

Henehan said:“If 0.25 was enough to precipitate a mass extinction, we should be worried.” Researchers estimate that the pH of the ocean will drop by 0.4 pH units by the end of this century if carbon emissions are not stopped, or by 0.15 units if global temperature rise is limited to 2C.

Countries must triple climate emission cut targets to limit global heating to 2C

Henehan said: “We may think of [acidification] as something to worry about for our grandchildren. But if it truly does get to the same acidification as at the [meteorite strike] boundary, then you are talking about effects that will last for the lifetime of our species. It was hundreds of thousands of years before carbon cycling returned to normal.”

The research, published in the journal Proceedings of the National Academy of Sciences, analysed sediments that Henehan encountered by chance, during a conference field trip in the Netherlands. The sediments, which straddle the moment of the impact, lie in caves that were used by people hiding from the Nazis during the second world war. “It was so lucky,” said Henehan.

The rocks contained foraminifera, small-shelled marine organisms. “In the boundary clay, we managed to capture them just limping on past the asteroid impact. But you can see their shell walls were much thinner and poorly calcified after the impact,” he said.

Heterohelix globulosa foraminifera isolated from the K-Pg boundary clay at Geulhemmerberg in the Netherlands, shown at 8x magnification
 Heterohelix globulosa foraminifera isolated from the K-Pg boundary clay at Geulhemmerberg in the Netherlands, shown at 8x magnification. Photograph: Michael J. Henehan/PNAS

It was the knock-on effects of acidification and other stresses, such as the “nuclear winter” that followed the impact, that finally drove these foraminifera to extinction, he said: “You have the complete breakdown of the whole food chain.” He said oceans also faced additional stresses today, from global heating to widespread pollutionoverfishing and invasive alien species.

Sign up to the Green Light email to get the planet’s most important stories

Phil Williamson, at the University of East Anglia, who was not involved in the research, said: “It is relatively easy to identify mass extinction events in the fossil record, but much harder to know exactly what caused them. Evidence for the role of ocean acidification has generally been weak, until now.”

He said caution was needed in making the comparison between the acidification spike 66m years ago and today: “When the asteroid struck, atmospheric CO2 was naturally already much higher than today, and the pH much lower. Furthermore, large asteroid impacts cause prolonged darkness.”

Williamson added: “Nevertheless, this study provides further warning that the global changes in ocean chemistry that we are currently driving have the potential to cause highly undesirable and effectively irreversible damage to ocean biology.”

Henehan said the generally lower ocean pH 66m years ago might have made shelled organisms more resilient to acidification. “Who knows if our current [marine] system is as well set up to cope with sudden acidification?”

PATMOS & SUSTAINABLE ORTHODOX LIVING

A few Orthodox individuals from different nations will be meeting in Patmos between the 9-17th October, to discuss how to live a sustainable life. As part of this program we are invited to distribute some of our work. Fred Kreuger has decided to distribute this Foreword to one of his books ‘Greening The Orthodox Parish.’ As you will see H. A. H. Bartholomew recognises the difficulty in moving from words to concrete actions in our parishes and is something for us all to be mindful of at this most critical of times in the World’s history.

FOREWORD

IT IS WITH PROFOUND JOY AND PATERNAL DELIGHT that we welcome this publication of Greening the Orthodox Parish, which promises to serve as an invaluable and indispensable handbook for Christian ecological practice” in our communities. Moreover, we humbly acknowledge and express our sincere gratitude for its appearance in honor of the 20th anniversary since our election to the Ecumenical Throne of Constantinople. From the outset of our ministry, it has been our hope and prayer that the various ecological initiatives developed by the Ecumenical Patriarchate would result in the parallel creation of green parishes” and green priests” throughout the world. With the grace of God, we have gradually infiltrated the attitudes and influenced the actions of a broad segment of society on an international level  gathering and affecting politicians, scientists, theologians, and journalists – as we traveled to critical seas and rivers to discuss the impact of selfish and senseless human behavior on climate change and global warming. Nevertheless, foremost in our mind and heart has always been the transformation of our own church communities and Orthodox faithful, which has ironically proved to be the most difficult task to achieve. This is why we have repeatedly and extensively visited Orthodox Patriarchates and Churches, addressed Orthodox parishes and congregations, and invited Orthodox hierarchs to historical synods and assemblies in order to share with them the inherent Orthodox principles behind all of our environmental activities as Orthodox leaders and responsibilities as human beings. This book is, therefore, precisely what is needed in our parishes to encourage and guide our faithful to understand not only the theological and spiritual vision behind ecological awareness, but also the practical and tangible ways which can realistically and readily be adopted by all Orthodox Christians in larger and smaller parishes alike, in both more comfortable and struggling communities. For the contents of this publication include the theological foundations and perspectives of the natural environment, while also covering a range of crucial topics that would inspire and motivate an effective environmental ministry in parishes. We are thankful to the editor, Mr. Frederick W. Krueger, for his hard work as well as to all those who conceived this project and achieved its realization in manifold ways.

At the Ecumenical Patriarchate, September 1, 2011 +

BARTHOLOMEW Archbishop of Constantinople-New Rome and Ecumenical Patriarch

Green Christian Leaflet

God created our beautiful planet Earth to be our home. God loves all created things, including plants, animals, insects, fungi, bacteria and the soil which nourishes everything. The United Nations estimates that three quarters of our land and two thirds of our oceans have been severely altered by human activity. If the natural world is over-exploited it may never recover.

Biodiversity is the variety of life on Earth, including variation within species. Such genetic diversity enables species to survive in adversity, such as disease, drought and climate change. Ecology is the study of living things, together with their environment and how they interrelate. All life on Earth is part of the same ecosystem. What happens to one species affects many others.

At least 130 fruit and vegetable crops depend on insects for pollination, including almonds, apples, aubergines, beans, blueberries, broccoli, carrot, cauliflower, celery, cherry, cucumber, kiwifruit, pears, peppers, pumpkin, tomatoes.

Science says… A 2019 report* by the United Nations (UN) states:

• The current high extinction rate is accelerating. 680 vertebrate species (animals, birds and fish) have been driven to extinction by humans since the 16th century. We have lost about 50% of the world’s wildlife in the past 40 years.

• Around a third of the Earth’s forested area has been lost since the start of the industrial revolution. Forests are home to millions of species. Causes of wildlife decline globally based on analysis of 3,430 populations

The climate crisis, with weather systems breaking down, will cause extinction rates to rise more quickly. Even a small temperature rise causes habitats to change and species to be under stress or to die.

Other causes of extinction are over-exploitation of natural resources – fishing, farming, forests – and pollution in water, air and land. (* Global Assessment Study, Intergovernmental Science-Policy Platform on Biodiversity & Ecosystem Services, May 2019)

The Bible says… God said, “Let the waters swarm with swarms of living creatures, and let birds fly above the Earth across the expanse of the heavens.” Genesis 1:20.

For every beast of the forest is mine, the cattle on a thousand hills. I know all the birds of the hills, and all that moves in the field is mine. Psalm 50: 10-11.

Praise the Lord from the Earth, you great sea creatures and all deeps, fire and hail, snow and mist, stormy wind fulfilling his word! Mountains and all hills, fruit trees and all cedars! Beasts and all livestock, creeping things and flying birds! Kings of the Earth and all peoples, princes and all rulers of the Earth! Psalm 148:7-12.

Solomon spoke about plant life, from the cedar of Lebanon to the hyssop that grows out of walls. He also spoke about animals and birds, reptiles and fish. From all nations people came to listen to Solomon’s wisdom. 1 Kings 4: 33-34.

Are not five sparrows sold for two pennies? Yet not one of them is forgotten before God. Luke 12:6.

For God was pleased to have all His fullness dwell in him, and through Him to reconcile to God all things, whether things on Earth or things in Heaven, by making peace through His blood, shed on the cross. Colossians 1.19-20.

Making a Difference – at home and at church.

Tick any actions you will try.

 Pray for Creation and those who protect it, including children and adults courageously standing up to people in power. Include Creation in Church services.

 Campaign, write to MPs or supermarkets, sign petitions and join marches. Follow “green” groups on social media. Support conservation charities.

 Ensure your savings, and those of your Church, are ethically invested and are not destroying wildlife.

 Make your garden and churchyard wildlife-friendly:

Garden organically; use peat-free compost.

Create a pond – even a small wet area helps

Leave wild areas e.g. log piles and meadows

Allow plants to set seed for birds

 Help people of all ages enjoy the health benefits of outdoor spaces. For example, take Sunday School children on a nature trail; hold an outdoor Church service; go for walks in all seasons; learn to identify local wildlife and plants.

 Buy less and buy ethically: look for recycled paper and sustainably produced/recycled wood products; use less plastic and fewer household chemicals; move towards a plant-based diet. Conservation efforts can and do work: the extinction rate of birds, mammals and amphibians would have been at least 20% greater without conservation action in recent decades.

Some other Christian environmental organisations:

• A Rocha: arocha.org.uk • Operation Noah: operationnoah.org/ • John Ray Initiative: jri.org.uk/ Gardening for wildlife • RSPB: rspb.org.uk • The Wildlife Trusts: wildlifetrusts.org/actions • The Eden Project: edenproject.com

1st Sept Message from Pope Francis

“And God saw that it was good” (Gen 1:25). God’s gaze, at the beginning of the Bible, rests lovingly on his creation. From habitable land to life-giving waters, from fruit-bearing trees to animals that share our common home, everything is dear in the eyes of God, who offers creation to men and women as a precious gift to be preserved.Tragically, the human response to this gift has been marked by sin, selfishness and a greedy desire to possess and exploit. Egoism and self-interest have turned creation, a place of encounter and sharing, into an arena of competition and conflict. In this way, the environment itself is endangered: something good in God’s eyes has become something to be exploited in human hands. Deterioration has increased in recent decades: constant pollution, the continued use of fossil fuels, intensive agricultural exploitation and deforestation are causing global temperatures to rise above safe levels. The increase in the intensity and frequency of extreme weather phenomena and the desertification of the soil are causing immense hardship for the most vulnerable among us. Melting of glaciers, scarcity of water, neglect of water basins and the considerable presence of plastic and microplastics in the oceans are equally troubling, and testify to the urgent need for interventions that can no longer be postponed. We have caused a climate emergency that gravely threatens nature and life itself, including our own.In effect, we have forgotten who we are: creatures made in the image of God (cf. Gen 1:27) and called to dwell as brothers and sisters in a common home. We were created not to be tyrants, but to be at the heart of a network of life made up of millions of species lovingly joined together for us by our Creator. Now is the time to rediscover our vocation as children of God, brothers and sisters, and stewards of creation. Now is the time to repent, to be converted and to return to our roots. We are beloved creatures of God, who in his goodness calls us to love life and live it in communion with the rest of creation.For this reason, I strongly encourage the faithful to pray in these days that, as the result of a timely ecumenical initiative, are being celebrated as a Season of Creation. This season of increased prayer and effort on behalf of our common home begins today, 1 September, the World Day of Prayer for the Care of Creation, and ends on 4 October, the feast of Saint Francis of Assisi. It is an opportunity to draw closer to our brothers and sisters of the various Christian confessions. I think in particular of the Orthodox faithful, who have celebrated this Day for thirty years. In this ecological crisis affecting everyone, we should also feel close to all other men and women of good will, called to promote stewardship of the network of life of which we are part.This is the season for letting our prayer be inspired anew by closeness to nature, which spontaneously leads us to give thanks to God the Creator. Saint Bonaventure, that eloquent witness to Franciscan wisdom, said that creation is the first “book” that God opens before our eyes, so that, marvelling at its order, its variety and its beauty, we can come to love and praise its Creator (cf. Breviloquium, II, 5, 11). In this book, every creature becomes for us “a word of God” (cf. Commentarius in Librum Ecclesiastes, I, 2). In the silence of prayer, we can hear the symphony of creation calling us to abandon our self-centredness in order to feel embraced by the tender love of the Father and to share with joy the gifts we have received. We can even say that creation, as a network of life, a place of encounter with the Lord and one another, is “God’s own ‘social network’” (Audience for the Guides and Scouts of Europe, 3 August 2019). Nature inspires us to raise a song of cosmic praise to the Creator in the words of Scripture: “Bless the Lord, all things that grow on the earth, sing praise to him and highly exalt him forever” (Dan 3:76 Vg).It is also a season to reflect on our lifestyles, and how our daily decisions about food, consumption, transportation, use of water, energy and many other material goods, can often be thoughtless and harmful. Too many of us act like tyrants with regard to creation. Let us make an effort to change and to adopt more simple and respectful lifestyles! Now is the time to abandon our dependence on fossil fuels and move, quickly and decisively, towards forms of clean energy and a sustainable and circular economy. Let us also learn to listen to indigenous peoples, whose age-old wisdom can teach us how to live in a better relationship with the environment.This too is a season for undertaking prophetic actions. Many young people all over the world are making their voices heard and calling for courageous decisions. They feel let down by too many unfulfilled promises, by commitments made and then ignored for selfish interests or out of expediency. The young remind us that the earth is not a possession to be squandered, but an inheritance to be handed down. They remind us that hope for tomorrow is not a noble sentiment, but a task calling for concrete actions here and now. We owe them real answers, not empty words, actions not illusions.Our prayers and appeals are directed first at raising the awareness of political and civil leaders. I think in particular of those governments that will meet in coming months to renew commitments decisive for directing the planet towards life, not death. The words that Moses proclaimed to the people as a kind of spiritual testament at the threshold of the Promised Land come to mind: “Therefore choose life, that you and your descendants may live” (Dt 3:19). We can apply those prophetic words to ourselves and to the situation of our earth. Let us choose life! Let us say “no” to consumerist greed and to the illusion of omnipotence, for these are the ways of death. Let us inaugurate farsighted processes involving responsible sacrifices today for the sake of sure prospects for life tomorrow. Let us not give in to the perverse logic of quick profit, but look instead to our common future!In this regard, the forthcoming United Nations Climate Action Summit is of particular importance. There, governments will have the responsibility of showing the political will to take drastic measures to achieve as quickly as possible zero net greenhouse gas emissions and to limit the average increase in global temperature to 1.5 degrees Celsius with respect to pre-industrial levels, in accordance with the Paris Agreement goals. Next month, in October, the Amazon region, whose integrity is gravely threatened, will be the subject of a Special Assembly of the Synod of Bishops. Let us take up these opportunities to respond to the cry of the poor and of our earth!Each Christian man and woman, every member of the human family, can act as a thin yet unique and indispensable thread in weaving a network of life that embraces everyone. May we feel challenged to assume, with prayer and commitment, our responsibility for the care of creation. May God, “the lover of life” (Wis 11:26), grant us the courage to do good without waiting for someone else to begin, or until it is too late.

From the Vatican, 1 September 2019

Patriarchal Encyclical for Ecclessial New Year 2019

Prot. No. 582

B A R T H O L O M E W

By God’s Mercy Archbishop of Constantinople-New Rome and Ecumenical Patriarch To All the Plenitude of the Church Grace,

Peace and Mercy from the Maker of All Creation Our Lord, God and Savior Jesus Christ

Dearest brother Hierarchs and beloved children in the Lord, With the goodness and grace of the all-bountiful God, today marks the 30th anniversary since the Holy Great Church of Christ established the feast of Indiction and first day of the ecclesiastical year as “the day of environmental protection.” We did not only address our Orthodox faithful, nor again just Christian believer or even representatives of other religions, but also political leaders, environmentalists and other scientists, as well as intellectuals and all people of good will, seeking their contribution.

The ecological activities of the Ecumenical Patriarchate served as the inspiration for theology to advance prominently the truth of Christian anthropology and cosmology, the Eucharistic worldview and treatment of creation, along with the spirit of Orthodox asceticism as the basis for understanding the reason for and response to the ecological crisis. The bibliography related to theological ecology or ecological theology is extensive and on the whole constitutes an admirable Orthodox witness before the major challenges of contemporary humanity and earthly life. Concern for the ecological crisis and for the global dimensions and consequences of sin – of this alienating internal “reversal of values” in humankind – brought to the surface the connection between ecological and social issues as well as for the need to address them jointly. Mobilizing forces for the protection of the integrity of creation and for social justice are interconnected and inseparable actions.

The interest of the Ecumenical Patriarchate for the protection of creation did not arise as a reaction to or as a result of the contemporary ecological crisis. The latter was simply the motivation and occasion for the Church to express, develop, proclaim and promote its environmentally-friendly principles. The foundation of the Church’s undiminished concern for the natural environment lies in its ecclesiological identity and theology. Respect and care for creation are a dimension of our faith, the content of our life in the Church and as the Church. The very life of the Church is “an experienced ecology,” an applied respect and care for creation, and the source of its environmental activities. In essence, the interest of the Church for the protection of the environment is the extension of the Holy Eucharist in all dimensions of its relationship to the world. The liturgical life of the Church, the ascetic ethos, pastoral service and experience of the cross and resurrection by the faithful, the unquenchable desire for eternity: all of these comprise a communion of persons for which the natural reality cannot be reduced to an object or useful matter to meet the needs of an individual or humanity; by contrast, this reality is considered as an act, indeed the handiwork of a personal God, who calls us to respect and protect it, thereby rendering us His “coworkers,” “stewards,” “guardians,” and “priests” of creation in order to cultivate a Eucharistic relationship with it.

Care for the natural environment is not an added activity, but an essential expression of church life. It does not have a secular, but rather a purely ecclesiastical character. It is a “liturgical ministry.” All of the initiatives and activities of the Church are “applied ecclesiology.” In this sense, theological ecology does not merely refer to the development of an ecological awareness or the response to ecological problems on the basis of the principles of Christian anthropology and cosmology. On the contrary, it involves the renewal of the whole creation in Christ, just as this is realized and experienced in the Holy Eucharist, which is an image and foretaste of the eschatological fullness of the Divine Economy in the doxological wholeness and luminous splendor of the heavenly kingdom.

Most honorable brothers and most precious children in the Lord,

The ecological crisis reveals that our world comprises an integral whole, that our problems are global and shared. In order to meet these challenges, we require a multilayered mobilization, a common accord, direction and action. It is inconceivable for humankind to recognize the severity of the problem and yet continue to behave in oblivion. While in recent decades the dominant model of economic development in the context of globalization – highlighting the fetishism of financial markers and magnification of financial profit – has exacerbated ecological and economic problems, the notion still prevails widely that “there is no other alternative” and that not conforming to the rigid validity logic of the world’s economy will lead to unbridled social and financial situations. Thus, any alternative forms of development, along with the power of social solidarity and justice, are overlooked and undermined.

For our part, however, we are obliged to assume greater measures for the application of the ecological and social consequences of our faith. It is extremely vital that our archdioceses and metropolises, as well as many of our parishes and sacred monasteries, have fostered initiatives and activities for the protection of the environment, but also various programs of ecological education. We should pay special attention to the Christian formation of our youth, so that it may function as an area of cultivation and development of an ecological ethos and solidarity. Childhood and adolescence are particularly susceptible life phases for ecological and social responsiveness. Aware of the urgency of environmental education, the Ecumenical Patriarchate devoted the Third in its series of international Halki Summits to the subject of “Theological Education and Ecological Awareness” (Istanbul, May 31st to June 4th, 2019) with a view to incorporating ecology and environmental awareness into programs and curricula of theological schools and seminaries. The solution to the great challenges of our world is unattainable without spiritual orientation.

In conclusion, then, we wish all of you a favorable and blessed ecclesiastical year, filled with works pleasing to God. We invite the radiant children of the Mother Church throughout the world to pray for the integrity of creation, to be sustainable and charitable in every aspect of their lives, to strive for the protection of the natural environment, as well as the promotion of peace and justice. And we proclaim once more the truth that there can be no genuine progress, when the “very good” creation and the human person made in the image and likeness of God suffer. Finally, through the intercession of the first-among-the-saints Theotokos Pammakaristos, we invoke upon you the life-giving grace and boundless mercy of the Creator and Provider of all.

September 1, 2019

Bartholomew of Constantinople

Your fervent supplicant before God

Statement on the Global Wildfires by His All-Holiness Ecumenical Patriarch Bartholomew

In recent weeks, our planet has witnessed extreme heatwaves and expansive wildfires throughout the world—from the rain forests of the Amazon and desert regions of Africa, normally snow-covered regions such as the Arctic and Alaska to far away countries from Spain to Siberia. Month after month, we have experienced record temperatures and unprecedented heatwaves, resulting in the destruction of millions of acres and the disruption of millions of people. And the intensity of these fires and storms is progressively increasing and intensifying, mandating critical and commensurate changes on our part.  


Scientists warn us about the threat of such fires to the world’s ecosystems, which are becoming increasingly jeopardized and vulnerable. The impact of these fires could reverberate for generations, affecting soil, infrastructure, and human beings. Trees are vital for the soil, for our survival and for our soul. Trees are not simply valuable for their aesthetic beauty or commercial benefit, but essentially for our defense against climate change. Planting more trees is certainly commendable, but cutting down less trees is perhaps the most compelling response to global warming. 


While this global wildfire crisis may not entirely or exclusively be a consequence or cause of climate change, the calamitous events that the world is now experiencing undoubtedly and undeniably sound the alarm about the urgent and dire repercussions of a rising level of carbon emissions. Therefore, if nothing else, such extreme phenomena compel us to consider the fundamental fragility of nature, the limited resources of our planet, and the unique sacredness of creation.


In our Encyclical that will appear on September 1st, we outline the diverse initiatives and activities pioneered by the Ecumenical Patriarchate over the last thirty years, while observing the fundamental principles and precepts proposed by the Orthodox Church over the last twenty centuries with regard to preserving God’s creation.


We pray for all those threatened or afflicted by the fires in all corners of our world. We call all faithful and all people of good will to consider carefully how we live, what we consume, and where our priorities lie, using the words of the Divine Liturgy: “Let us pay attention! Let us stand with awe!”

At the Phanar, Saturday August 24th, 2019

What the Amazon fires mean for wild animals

“In the Amazon, nothing is adapted to fire.” 10 percent of Earth’s animal species live there.


Natasha Daly is a writer and editor at National Geographic, where she covers animal welfare and exploitation. LY


PUBLISHED AUGUST 23, 2019

The Amazon rainforest—home to one in 10 species on Earth—is on fire. As of last week, 9,000 wildfires were raging simultaneously across the vast rainforest of Brazil and spreading into Bolivia, Paraguay, and Peru. The blazes, largely set intentionally to clear land for cattle ranching, farming, and logging, have been exacerbated by the dry season. They’re now burning in massive numbers, an 80 percent increase over this time last year, according toBrazil’s National Institute for Space Research (INPE). The fires can even be seen from space.

For the thousands of mammal, reptile, amphibian, and bird species that live in the Amazon, the wildfires’ impact will come in two phases: one immediate, one long-term.

“In the Amazon, nothing is adapted to fire,” says William Magnusson, a researcher specializing in biodiversity monitoring at the National Institute of Amazonian Research (INPA) in Manaus, Brazil.

In some forests, including many across the U.S., wildfires are essential for maintaining healthy ecosystems. Animals are adapted to cope with it; many even rely on it to thrive. The black-bellied woodpecker, for example, native to the American West, only nests in burnt-out trees and eats the beetles that infest burned wood.

But the Amazon is different.

The rainforest is so uniquely rich and diverse precisely because it doesn’t really burn, says Magnusson. While fires do sometimes happen naturally, they’re typically small in scale and burn low to the ground. And they’re quickly put out by rain.

“Basically, the Amazon hadn’t burnt in hundreds of thousands or millions of years,” says Magnusson. It’s not like in Australia, for instance, where eucalyptus would die out without regular fires, he says. The rainforest is not built for fire.

How are the fires affecting individual animals right now?

It’s likely they’re taking a “massive toll on wildlife in the short term,” says Mazeika Sullivan, associate professor at Ohio State University’s School of Environment and Natural Resources, who has done fieldwork in the Colombian Amazon.

Generally, in the midst of wildfire, Sullivan says, animals have very few choices. They can try to hide by burrowing or going into water, he says. They can be displaced. Or they can perish. In this situation, a lot of animals will die, from flames, heat from the flames, or smoke inhalation, Sullivan says

“You’ll have immediate winners and immediate losers,” says Sullivan. “In a system that isn’t adapted to fire, you’ll have a lot more losers than you will in other landscapes.”

Are some animals likely to do better than others?

Certain traits may be beneficial in the midst of wildfire. Being naturally mobile helps. Large, fast-moving animals like jaguars and pumas, Sullivan says, may be able to escape, as may some birds. But slow-moving animals like sloths and anteaters, as well as smaller creatures like frogs and lizards, may die, unable to move out of the fire’s path quickly enough. “Escape into the canopy but choose the wrong tree,” Sullivan says, and an animal is likely to die.

Could some already-vulnerable species become more threatened or even extinct?

It’s tough to say. Wildfire in the Amazon is completely different than in the U.S., Europe, or Australia, where we know a lot about species distributions, says Magnusson. We don’t know enough about the range of most of the animals in the rainforest to pinpoint which species are under threat.

Nevertheless, there are a few specific species of concern.

Milton’s titi, a monkey discovered in 2011, has only ever been documented in a part of Brazil in the southern Amazon that’s currently beset by fire. Another recently discovered monkey, the Mura’s saddleback tamarin, lives in a small range in central Brazil—also threatened by encroaching wildfire, says Carlos César Durigan, director of the Wildlife Conservation Society of Brazil. It’s possible these species are native to these specific regions, Durigan says. “I [fear] we may be losing many of these endemic species.”

What about aquatic animals?

Large bodies of water are mostly safe in the short term. But animals in small rivers or creeks—which are highly biologically diverse—could be in trouble. In smaller streams, “fires burn right over,” says Sullivan. Water-dwelling amphibians, which need to stay partially above water in order to breathe, would be in harm’s way. Fire could also change water chemistry to the point that it isn’t sustainable for life in the short term, Sullivan says.

How might the fires’ aftermath affect species?

This is the second major blow. “Longer-term effects are likely to be more catastrophic,” says Sullivan. The entire ecosystem of the burning sections of rainforest will be altered. For example, the dense canopy of the Amazon rainforest largely blocks sunlight from reaching the ground. Fire opens up the canopy at a stroke, bringing in light and fundamentally changing the energy flow of the entire ecosystem. This can have cascading effects on the entire food chain, Sullivan says.

ANIMALSWhat the Amazon fires mean for wild animals

Surviving in a fundamentally transformed ecosystem would be a struggle for many species. Lots of amphibians, for instance, have textured, camouflaged skin that resembles the bark or leaves of a tree, allowing them to blend in. “Now, all of a sudden, the frogs are forced to be on a different background,” says Sullivan. “They become exposed.”

And many animals in the Amazon are specialists—species have evolved and adapted to thrive in niche habitats. Toucans, for instance, eat fruits that other animals can’t access—their long beaks help them reach into otherwise inaccessible crevices. Wildfire decimating the fruit the birds depend upon would likely plunge the local toucan population into crisis. Spider monkeyslive high in the canopy to avoid competition below. “What happens when you lose the canopy?” Sullivan asks. “They’re forced into other areas with more competition.”

The only “winners” in burned forest are likely to be raptors and other predators, Sullivan says, as cleared-out landscapes could make hunting easier.

Are there other consequences for wild animals?

Magnusson is most concerned about the overall repercussions of forest loss.

“Once you take the rainforest away, [you lose] 99 percent of all species,” he says. If these wildfires were a one-off, he wouldn’t necessarily be worried, he says, but he notes there’s been a fundamental change in policy in Brazil “that encourages deforestation.” He’s referring to Brazilian President Jair Bolsonaro’s commitment to open up the Amazon for business. “The political signal that’s gone out is basically that there’s no law anymore, so anybody can do what they want.”

Conservationists and concerned citizens have taken social media, and #PrayForAmazonas became Twitter’s top-trending hashtag on Wednesday. Many criticized the Bolsonaro government’s policies. Others expressed concern that the global demand for beef incentivizes the accelerated clearing of land for cattle ranching. Environmentalists are also calling attention to the consequences that a burning Amazon—often called the lungs of the planet—would have on climate change. By Thursday, #PrayForAmazonas had spurred momentum for a spin-off hashtag: #ActForAmazonas.

There’s an area along the southern border of the Amazon rainforest, in the Brazilian states of Pará, Mato Grosso, and Rondônia, called the “deforestation arc,” Magnusson says. There, wildfire is pushing the edge of the rainforest north, possibly changing the border forever.

“We know the least about it,” he says of this region. “We may lose species without ever knowing they were there.”S

The EAT-Lancet Commission report on Healthy Diets From Sustainable Food Systems.

This report – click on the link- was prepared by EAT and is an adapted summary of the Commission Food in The Anthropocene: the EAT-Lancet Commission on Healthy Diets From Sustainable Food Systems. It again highlights how we must move from an unsustainable animal-based diet to sustainable plant based diets. Website has access to the full report.

PERSPECTIVE THÉOLOGIQUE SUR L’INTERCONNEXION DU CHANGEMENT CLIMATIQUE, DES CHOIX ALIMENTAIRES ET DE LA SOUFFRANCE DES ANIMAUX, Dr. Christina Nellist La tradition vivante de l’Église orthodoxe orientale

PERSPECTIVE THÉOLOGIQUE SUR L’INTERCONNEXION DU CHANGEMENT CLIMATIQUE, DES CHOIX ALIMENTAIRES ET DE LA SOUFFRANCE DES ANIMAUX

La tradition vivante de l’Église orthodoxe orientale
trad. Jean-Marc Noyelle

Ceci est une version révisée de mon article dans la dernière édition du Journal international de théologie orthodoxe et une partie de mon livre Eastern Orthodox Christianity and Animal Suffering (“Le christianisme orthodoxe oriental et la souffrance animale”) : Ancient Voices in Modern Theology (“anciennes voix dans la théologie moderne”). Cela a constitué la base de ma récente présentation à la conférence IOTA en Roumanie en janvier 2019. 
Dr. Christina Nellist, est une chercheuse invitée (Visiting Fellow) et chercheuse à l’Université de Winchester, rédactrice en chef de Pan Orthodox Concern for Animals.

Certains pourraient soutenir que les sujets abordés dans cet article ne relèvent pas du discours théologique ou éthique orthodoxe oriental. Ce n’est pas le cas. Nous avons des enseignements à la fois anciens et contemporains, qui nous donnent l’autorité nécessaire pour aborder ces sujets importants.

« Lequel d’entre vous, ayant un fils ou un bœuf tombé dans un puits, ne le sortira pas immédiatement un jour de sabbat ? » (Lc 14,5) (1)

« Maintenant, parmi toutes les choses, notre monde doit être pris dans nos bras. C’est aussi ce qui a été fait par Sa Parole, comme nous le dit l’Ecriture dans le livre de la Genèse. »(Saint Irénée) (2)

« Et ne vous étonnez pas que le monde entier ait été racheté ; car ce n’était pas un simple homme, mais le Fils unique de Dieu qui mourut pour lui. »(Saint Cyrille de Jérusalem) (3)

« Dieu a tout prévu, il n’a rien négligé. Son œil, qui ne dort jamais, veille sur tout. Il est présent partout et donne à chaque être le moyen de sa conservation. Si Dieu n’a pas laissé l’oursin en dehors de sa providence, ne se soucie-t-il point de vous ? »(Saint Basile) (4)

L’allocution de Sa Sainteté. Bartholomée aux érudits orthodoxes est un exemple de voix d’autorités contemporaines :

« L’orthodoxie est une foi en même temps enracinée dans le passé et simultanément une église tournée vers l’avenir. Elle se caractérise par un sens profond de continuité avec les temps et les enseignements de l’Église apostolique et de l’Église des Pères ; mais c’est aussi une Église qui puise dans son riche patrimoine pour répondre aux défis et aux dilemmes modernes. C’est précisément cette double nature qui permet à l’Orthodoxie de parler avec audace de problèmes contemporains critiques, précisément parce qu’il s’agit d’une « tradition vivante » (5).

Dans cet article, nous décrivons cette « tradition vivante » en examinant les défis actuels de la souffrance animale en ce qui concerne le changement climatique, les choix alimentaires et la production d’aliments d’origine animale. La question du choix d’un régime alimentaire est une question parmi beaucoup qui sont importantes pour des milliards d’humains à travers le monde, non seulement à cause de la souffrance animale impliquée, mais également à cause du lien qui existe entre notre choix d’un régime alimentaire à base animale et son impact significatif. sur notre environnement et la santé humaine. Une étude exhaustive de l’interconnexion de ces sujets n’est pas possible ici, car elle nécessiterait sa propre monographie. J’ai plutôt essayé d’équilibrer le besoin de faits et de réalisme plutôt que les platitudes, tout en limitant le matériel utilisé et en tenant compte de la nécessité d’être compatissant envers le lecteur. Cette discussion examine spécifiquement les implications pratiques et la souffrance animale impliquées dans notre choix de nourriture, ainsi que les implications sotériologiques (oeuvre rédemtrice du Christ pour le monde).

Une vérité qui dérange – Le sacrifice et la révolution spirituelle

Le défi permanent qui nous attend tous est de savoir comment appliquer les enseignements orthodoxes anciens et contemporains à la compassion pour « tout » dans la création et élargir notre compréhension de la communauté, de la justice, de la miséricorde et des droits envers les animaux dans le cadre du système d’élevage intensif . Stylios (1989) suggère que nous menions une « vie de justice » (6), qui est interprétée par Harakas comme « le moyen d’éviter le profit immoral, l’injustice et l’exploitation ». Cela s’aligne avec l’enseignement du Métropolite Kallistos sur les « profits pervers » et « l’utilisation immorale d’animaux » dans l’élevage intensif. Harakas affirme également que la justice est le « bon ordre » de la nature humaine (8) où la valeur inhérente de la création exige une approche responsable, « un traitement approprié » (9). En ce sens, Harakas partage les mêmes vues que Bonhoeffer (1971) (10) qui affirme que ces devoirs découlent de droits, qu’il a accordés au monde naturel. Sa Sainteté Bartholomée et Métropolite John Zizioulas expriment un point de vue similaire en nous conseillant d’élargir notre compréhension de la communauté, d’être une voix pour le reste de la création dont les droits sont violés (11) et pour étendre notre amour au monde non humain. (12) Sa Sainteté Bartholomée préconise d’étendre la justice « au-delà des êtres humains à l’ensemble de la création » :

« L’un des problèmes les plus fondamentaux à la base de la crise écologique est le manque de justice qui prévaut dans notre monde… La tradition liturgique et patristique… considère comme juste la personne compatissante qui donne librement en se servant de l’amour pour seul critère. La justice s’étend même au-delà des êtres humains à l’ensemble de la création. L’incinération des forêts, l’exploitation criminelle de ressources naturelles… tout cela constitue une expression de transgression des vertus de la justice. » (13)

Les théologiens orthodoxes orientaux ont demandé à maintes reprises à l’humanité de changer son éthique, fondée sur une théorie de la consommation continue, en une idéologie eucharistique et esthétique de l’amour, de la vertu, du sacrifice, de l’abstinence et de la purification du péché. En substance, ils nous rappellent les enseignements patristiques pour limiter et contrôler nos désirs. Sa Sainteté Bartholomée confirme l’enseignement orthodoxe concernant la mentalité préjudiciable et permanente de domination plutôt que sur celle de l’amour :

« Malheureusement, l’humanité a perdu la relation liturgique entre le Dieu créateur et la création ; au lieu de prêtres et de serviteurs, les êtres humains ont été réduits à des tyrans et à des abuseurs de la nature (14). »

« Trop souvent, il s’agit de victimes innocentes et nous devrions considérer cette souffrance imméritée avec compassion et sympathie. » (15)

En tant qu’êtres vivants, sensibles et facilement blessés, ils doivent être considérés comme un« tu », pas un« il », pour utiliser la terminologie de Martin Buber : non comme des objets à exploiter et à manipuler, mais comme des sujets, capables de joie et de chagrin. , de bonheur et d’affliction” (16).

Sa Sainteté Bartholomée utilise le mot ’nature’ pour indiquer que son enseignement intègre les animaux et corrobore l’argument selon lequel l’abus et l’exploitation des animaux ont des conséquences négatives non seulement pour les animaux victimes d’abus, sous forme de douleur physique, de souffrance et de peur psychologique, mais aussi de troubles sotériologiques (concernant le salut de l’âme) négatifs. implications pour l’humanité. Je soutiens qu’en plus des auteurs d’actes de cruauté et d’exploitation, ceux qui sont au courant de ces actes mais qui leur sont indifférents et ceux qui savent, mais craignent d’essayer en quelque sorte d’atténuer les abus, donnent en un sens une approbation tacite à ce processus et sont des accessoires des faits commis. Il déclare que pour les chrétiens orthodoxes, cet esprit ascétique « n’est pas la négation, mais une utilisation raisonnable et équilibrée du monde ». Il attire également notre attention sur la vérité qui dérange d’une dimension manquante et du besoin de sacrifice :

« Ce besoin d’esprit ascétique peut être résumé en un seul mot clé : sacrifice. C’est la dimension manquante de notre éthique environnementale et de notre action écologique. »(17)

Il clarifie ce point avec des enseignements sur l’auto-limitation de la consommation et interprète la retenue en termes d’amour, d’humilité, de maîtrise de soi, de simplicité et de justice sociale, autant d’enseignements essentiels pour notre choix de régime et les produits que nous choisissons d’ acheter. De manière cruciale, il reconnaît le problème fondamental de l’inaction et les difficultés à effectuer un changement :

« Nous sommes tous douloureusement conscients de l’obstacle fondamental auquel nous sommes confrontés dans notre travail en faveur de l’environnement. C’est précisément cela : comment passer de la théorie à l’action, du mot aux actes (18). »
“Pour que cette révolution spirituelle se produise, nous devons faire l’expérience d’une métanoïa radicale, d’une conversion des attitudes, des habitudes et des pratiques, en recherchant les moyens par lesquels nous avons mal employé ou abusé de la Parole de Dieu, des dons de Dieu et de la création de Dieu.” (19)

Ce sont des enseignements profonds qui rappellent les avertissements des prophètes d’antan. Cette révolution spirituelle est également nécessaire pour une conversion de la façon dont nous considérons les animaux et donc de la façon dont nous les traitons. Plusieurs de ses enseignements nous incitent à refléter l’ascèse des premiers pères et le besoin urgent de changements dans le comportement humain. Dans notre avidité et notre soif de profits toujours croissants, nous « subordonnons et exploitons la création avec violence et habileté ». Cela détruit non seulement la création, mais « sape également les bases et les conditions nécessaires à la survie des générations futures ». Le commentaire de Kallistos sur le « profit pervers » au chapitre six de mon livre et l’enseignement de Saint Irénée selon lesquels nous ne devons pas utiliser notre liberté comme un « manteau de méchanceté ». Cela fait également allusion à la crise environnementale, exemple moderne de la désharmonie cosmique fréquemment soulignée par les Pères, où diverses formes d’injustice polluent la terre ; où les catastrophes naturelles et la famine sont le résultat du mal que les gens ont fait et que ce mal pollue la terre et met Dieu en colère. On peut soutenir que peu de choses ont changé, car nous commençons à ressentir les conséquences dévastatrices de nos abus et de nos utilisations abusives de la création en général et des animaux en particulier. Notre incapacité à passer de la théorie à la pratique indique que nos faiblesses nous empêchent d’atteindre les idéaux chrétiens. Cependant, ce qui est différent, c’est le manque de temps pour apporter des changements importants à notre comportement.

Choix diététiques et dégradation de l’environnement

Keselopoulos (2001) aborde certains des problèmes humains et environnementaux associés au secteur de l’alimentation et du régime alimentaire à base d’animaux. Il explique que les famines en Afrique, causées par la sécheresse et la désertification, sont dues à la monoculture de produits destinés à nourrir les animaux du Nord. Le résultat en est :

“Le phénomène cynique des réserves de lait en poudre envoyées aux enfants mourants en Afrique, alors que leurs propres terres, au lieu de produire des aliments traditionnels pour un usage local, est rendu stérile par la monoculture d’aliments pour animaux destinés à nourrir le bétail européen (20)”.

C’est un point crucial. Notre mauvaise utilisation de la terre et de l’eau afin de répondre à notre désir croissant de produits alimentaires à base d’animaux a créé un déséquilibre dans le monde naturel, causant des dommages à l’homme et aux animaux. La question qui se pose ici est la suivante : est-ce un péché de continuer à utiliser ce système et ses produits une fois que nous avons pris conscience de ses effets dévastateurs ? Keselopoulos en parle clairement en liant explicitement notre utilisation des animaux comme aliment à la pratique d’un esthétisme, de la compassion et de la pitié pour le monde naturel :

« Ainsi, l’esthétisme met prophétiquement en évidence les prérequis de compassion et de pitié pour la nature et la beauté du monde. C’est ce qui peut entraver la spirale descendante dans la barbarie qui tue le règne animal en transformant génétiquement des animaux élevés pour produire du bœuf ou des produits laitiers en monstres de la nature et en rendant le sol stérile » (21).

Keselopoulos illustre non seulement la tension entre les intérêts économiques et la souffrance animale, en particulier dans les industries de production alimentaire à base d’animaux, mais aussi le fait que la pratique du jeûne limite le nombre de décès. Ce faisant, il affirme les enseignements de Sa Sainteté Bartholomée et d’autres sur la cupidité et les profits pervers ; Les enseignements de Saint Grégoire sur user de, et non mésuser de, et sur la nécessité du sacrifice. Je condense ses commentaires :

« Si toutes les motivations de ces activités humaines sont la cupidité insatiable et le désir de profits faciles, alors le jeûne, en tant que restriction volontaire des besoins humains, peut permettre à l’homme de se libérer, au moins dans une certaine mesure, de ses désirs. Il peut à nouveau découvrir son caractère primitif, qui consiste à se tourner vers Dieu, son prochain et la création, avec une disposition véritablement aimante. L’abstinence face à la viande, observée tout au long de l’année par les moines, limite le nombre de morts que nous provoquons par notre relation au monde. L’abstinence de certains aliments vise simultanément à protéger, même pendant une courte période, des animaux si cruellement dévorés par l’homme. L’esprit de jeûne que nous sommes obligés de préserver aujourd’hui dans notre culture exige de changer le cours de notre relation à la nature, passant d’une prédation assoiffée de sang à cet état de gratitude, qui constitue la marque distinctive de l’Eucharistie” (22).

Je suis d’accord avec son analyse, qui correspond aux dernières recherches scientifiques. (23) Métropolite John Zizioulas fournit un argument similaire :

« La maîtrise de la consommation des ressources naturelles est une attitude réaliste et il faut trouver des moyens de limiter le gaspillage immense de matériaux naturels. » (24)

Si cet argument est pertinent pour le gaspillage de « ressources », il est également approprié pour le gaspillage de la vie animale. J’interprète son utilisation de « ressource » comme une référence à la création inanimée, mais comme il y a, encore une fois, de la confusion sur son sens, je rappelle au lecteur la nécessité d’une plus grande attention dans le choix de notre langue. Bien que Métropolite John croyait qu’il serait irréaliste de s’attendre à ce que nos sociétés suivent un ascétisme qui fasse écho à la vie des saints, dont beaucoup étaient végétariens, des millions de personnes choisissent ce régime non violent. Ils comprennent que, même s’ils ne peuvent pas, en tant qu’individus, être en mesure de changer les pratiques abusives des industries de l’alimentation animale, ils ont la liberté de choisir le régime alternatif non violent prôné par Dieu et le font par compassion et miséricorde pour les animaux et l’environnement. Métropolite Antoine de Sourozh indique que le régime végétalien / végétarien est à imiter et la tragédie serait de ne pas le faire :

« Il est effrayant d’imaginer que l’homme appelé à diriger chaque être sur le chemin de la transfiguration, vers la plénitude de la vie, en arriva au point qu’il ne pouvait plus monter vers Dieu et qu’il était obligé de se nourrir par le meurtre de ceux qu’il aurait dû mener vers la perfection. C’est ici que se termine le cercle tragique. Nous nous trouvons dans ce cercle. Nous sommes tous encore incapables de ne vivre que pour la vie éternelle et selon la parole de Dieu, bien que les saints soient en grande partie revenus à la conception originelle de Dieu concernant l’homme. Les saints nous montrent que nous pouvons, par la prière et les efforts spirituels, nous libérer progressivement du besoin de nous nourrir de la chair des animaux et, devenir de plus en plus assimilés à Dieu, requiert de moins en moins de l’utiliser (25). »

C’est une reconnaissance importante de la part du Métropolite Antoine. Il associe le fait de manger des animaux à une perte de liberté humaine et à notre incapacité à transfigurer nos vies déchues et à monter vers Dieu. Keselopoulos affirme que le végétalisme / végétarisme brise ce cercle. Le fait que de nombreux ascètes étaient et sont végétaliens/végétariens devrait nous rappeler le choix alimentaire originel de Dieu et donc la voie alimentaire la plus appropriée à suivre. Il est important de se rappeler que, même si Dieu nous a donné une dispense pour manger de la viande, il ne nous commande ni ne nous oblige à le faire ; nous conservons la liberté de revenir au choix de Dieu. Peut-être si le Métropolite Antoine en avait plus su sur la cruauté impliquée dans la production d’aliments à base animale, il aurait peut-être également choisi de devenir végétalien/végétarien. Métropolite Kallistos reconnaît cette possibilité :

« Les méthodes telles que l’élevage industriel sont plutôt nouvelles et je pense que si davantage de personnes savaient ce qui se passait, elles pourraient bien cesser de manger de la viande… Les gens qui vivent dans des villes comme moi mangent les produits mais ne connaissent pas trop le fond du problème et je pense que si j’en savais plus sur cet arrière-plan, je pourrais peut-être devenir végétarien. »(26)

Il est intéressant de noter qu’il reconnaît également qu’il est facile de trouver des informations disponibles sur le Web, dans des rapports et des recherches, et souligne ce point évident. Alors, c’est peut-être plus que les gens ne veulent pas savoir, plutôt que de ne pas pouvoir accéder à l’information. Nous voyons ici une trace de Kahneman et de saint Paul ; nous savons quoi faire, mais choisissons de ne pas agir de la bonne manière. Si nous, en tant qu’individus ou en tant que dirigeants de notre Église, défendions un régime végétalien/végétarien non violent, cela réduirait non seulement le nombre d’animaux qui souffrent, mais également les nombreux problèmes environnementaux liés à la production d’aliments pour animaux. Notre désir croissant de consommer des produits d’origine animale a conduit à la reproduction d’un nombre d’animaux si important que de graves impacts négatifs se sont produits sur nos environnements. Knight (2013) nous fournit les informations scientifiques importantes suivantes :

En 2006, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (Steinfeld et al.) a calculé que, lorsqu’on mesurait le dioxyde de carbone (CO2), 18% des Gaz à Effet de Serre (GES) dans le monde, soit 7,5 milliards de tonnes par an, résultaient de la production de bovins, buffles, moutons, chèvres, chameaux, chevaux, cochons et volailles. Ces émissions résultent du défrichage des terres destinées à la production d’aliments pour le bétail et au pâturage, des animaux eux-mêmes ainsi que du transport et de la transformation de produits d’origine animale. En revanche, on estime que toutes les formes de transport combinées produisent environ 13,5% des GES mondiaux. Les GES produits par la production animale sont composés de CO2, de méthane, d’oxyde nitreux et d’ammoniac. Steinfeld et ses collaborateurs ont calculé que le secteur de l’élevage est responsable de 9% des émissions de CO2 anthropiques, c’est-à-dire imputables à l’activité humaine, qui résultent principalement de la déforestation provoquée par l’empiétement des cultures fourragères et des pâturages. La production animale occupe environ 30% de la surface de la Terre et entraîne de plus en plus de déforestation, en particulier en Amérique latine. [Environ] soixante-dix pour cent des terres amazoniennes autrefois boisées ont maintenant été converties en pâturages, les cultures fourragères couvrant une grande partie du reste.

Les animaux détenus pour la production émettent 37% de méthane anthropique, ce qui représente, selon les calculs, 72 fois le Potentiel de Réchauffement Planétaire (PRP) du CO2, principalement sur la base d’une fermentation gastro-intestinale par les ruminants (notamment les vaches et les moutons). ). Ils émettent également 65% d’oxyde nitreux anthropique avec 296 fois le PRP du CO2, dont la grande majorité est libérée par le fumier. Ils émettent également 64% d’ammoniac anthropique, ce qui contribue de manière significative aux pluies acides et à l’acidification des écosystèmes.

En 2009, Goodland et Anhang ont calculé qu’au moins 22 milliards de tonnes d’émissions de CO2 imputables à la production animale n’étaient pas comptabilisées et qu’au moins 3 milliards de tonnes avaient été mal attribuées par Steinfeld et ses collègues. Les sources non comptées comprenaient la respiration du bétail, la déforestation et les sous-estimations de méthane. Ils ont conclu que la production animale représentait au moins 51% des émissions de GES dans le monde et probablement beaucoup plus. Bien que les chiffres précis restent à l’étude, il est néanmoins clair que les GES issus de la production animale constituent l’un des principaux contributeurs au changement climatique moderne. (27)

Bien que les chiffres précis restent à l’étude, il est néanmoins clair que l’impact du régime alimentaire à base d’animaux sur le réchauffement climatique continue à être sous-estimé et sous-déclaré. Il est vrai que cette situation est en train de changer, mais on se demande combien de personnes ont lu le récent rapport du GIEC et d’autres rapports qui nous donnent des informations actualisées sur ces chiffres et l’ampleur de la fonte des glaces en Antarctique, etc.

Bien que les orthodoxes n’aient pas de système légaliste, je pense que nous manquerions à notre devoir envers les laïcs et à notre rôle de « prêtre de la création » si nous ne faisons pas plus que ce n’est actuellement le cas. En utilisant l’argument de l’intérêt personnel comme facteur de motivation, nous pouvons voir en quoi l’abstinence d’un régime alimentaire à base d’animaux pourrait avoir un impact bénéfique immédiat sur le changement climatique, nos sources d’eau, notre santé et donc notre survie future. Nous n’avons pas besoin d’attendre les accords mondiaux / gouvernementaux pour effectuer des changements réels et immédiats.

Cela répond en partie aux aspects humain et environnemental de ce thème mais qu’en est-il des animaux, que savons-nous de leurs souffrances dans ces industries ? Si nous voulons, en tant qu’individus ou en tant que dirigeants de notre Église, aborder les implications théologiques et éthiques de la souffrance animale, nous devons nous familiariser avec les connaissances disponibles non seulement sur l’impact environnemental d’un régime alimentaire à base d’animaux, mais également sur les souffrances impliquées. dans les systèmes utilisés. Il y a énormément de recherche dans ce domaine et ici, je condense certaines de ces recherches tout en en référant d’autres :

Afin de répondre aux exigences de la production industrielle et de l’habitat à haute densité, les animaux sont systématiquement marqués avec des fers chauds, écornés, débecqués, équeutés et castrés sans sédation ni analgésie… les porcelets ont la queue coupée et les mâles sont castrés en écrasant ou en arrachant leurs testicules sans analgésiques, même si ces interventions provoquent une « douleur considérable » (Broom et Fraser, 1997). Il en va de même pour les agneaux… Le prix de la mutilation est élevé pour chaque animal. Les porcelets montrent des signes de douleur jusqu’à une semaine après (tremblements, léthargie, vomissements et tremblements des jambes). Chez les agneaux, les niveaux d’hormones de stress font un bond énorme et ils montrent des signes de douleur importante pendant quatre heures ou plus. Les veaux laitiers écornés présentent des douleurs pendant six heures ou plus après (Turner, 2006). Les oiseaux aussi sont mutilés sans analgésiques ; les becs sont taillés et parfois les doigts intérieurs sont également coupés. Après le débecquage, les animaux ressentent une douleur aiguë pendant environ deux jours et une douleur chronique durant jusqu’à six semaines (Duncan 2001). Comme les stocks sont nombreux, les maladies et les blessures risquent de ne pas être détectées et sont dues à une densité élevée, au manque d’espace, au manque de stimulation mentale et à l’épuisement physique. des problèmes de santé physique et mentale apparaissent rapidement (Broom et Fraser, 2007). Les veaux de boucherie sont souvent maintenus dans de minuscules enclos et attachés par le cou et succombent rapidement à un « comportement anormal et à une mauvaise santé » (Turner 2006 ; Commission européenne 1995). La production intensive d’œufs affaiblit les os et conduit à la boiterie, à l’ostéoporose et aux douloureuses fractures, car tout le calcium et les minéraux sont utilisés pour la fabrication des œufs, causant « des douleurs à la fois aiguës et chroniques »… pouvant également entraîner des hémorragies internes, la famine et finalement la mort, qui seront douloureuses et « lentes »(Webster 2004 : 184). Les vaches souffrent de mammites et de boiteries (Stokka et al, 1997) et demeurent enceintes afin de maintenir un rendement laitier élevé (Vernelli, 2005 ; Turner, 2006) .(28)

Il n’y a pas d’autre raison à ces pratiques que le désir d’accroître les profits ; le “profit diabolique” que Métropolite Kallistos décrit. Une question qui se pose ici est de savoir si la « révolution spirituelle » requise devrait s’appliquer aux animaux de ces industries. Si la réponse est non, nous devrions examiner pourquoi nous avons choisi d’exclure des trillions d’animaux de la compassion, de la miséricorde et de la justice. Si nous en concluons qu’ils n’existent que pour cet usage, alors je crois que nous risquons de maintenir une mentalité de domination, ce qui indique à son tour que seule la souffrance humaine concerne Dieu. Je soutiens que cet état d’esprit va à l’encontre des enseignements de l’Église chrétienne orthodoxe orientale et s’apparente au type d’hérésies que les pères de l’Église primitive ont eu tant de peine à surmonter.

Après avoir donné un aperçu des souffrances endurées lors de l’élevage des animaux, nous devrions également envisager leur mort. La plupart des gens croient sans doute que l’abattage d’animaux est « humain » et se pratique près de chez eux. Les recherches démontrent que même dans les pays dotés de lois strictes en matière de bien-être animal, des millions de ces êtres risquent de souffrir du processus de transport et d’abattage. Les animaux vivants sont régulièrement transportés par route, rail, mer ou air à travers les continents. Tous les organismes de bienfaisance consacrés au bien-être des animaux s’accordent à dire que le transport sur de longues distances entraîne d’énormes souffrances : surpeuplement, épuisement, déshydratation, douleur et stress. Par exemple, dans l’UE, le temps d’arriver à l’abattoir, 35 millions de poulets sont morts. L’Australie exporte environ quatre millions de moutons vivants chaque année, principalement au Moyen-Orient. Ces animaux peuvent parcourir jusqu’à cinquante heures de route avant d’entamer les trois semaines de voyage en mer et d’effectuer un autre voyage par la route dans le pays importateur. On estime que des dizaines de milliers de moutons meurent avant d’atteindre leur destination. Bien que le gouvernement australien ait mis en place un système d’assurance de la chaîne d’approvisionnement pour l’exportation, des enquêtes menées par des groupes de défense du bien-être des animaux ont révélé de terribles souffrances lors de l’abattage après exportation. Le Canada transporte des animaux de ferme à des milliers de kilomètres à l’intérieur de ses frontières et en Amérique. Les animaux peuvent faire face à des conditions exceptionnellement rudes lorsque le climat passe du froid glacial au soleil brûlant. Les camions utilisés sont souvent sans climatisation. En Inde, les bovins voyagent dans de vastes régions, seuls deux États étant légalement autorisés à abattre des vaches. Les animaux sont souvent brutalement traités et en surpeuplement durant le transport, ce qui entraîne des blessures graves et la mort. Des milliers d’animaux viennent d’Amérique du Sud et sont élevés pour la production de viande bovine en Asie et en Afrique. Ces voyages impliquent souvent des animaux qui passent des semaines en mer et aboutissent à un abattage inhumain. Cela s’ajoute aux problèmes de transport, lorsque des retards, des erreurs ou des accidents se produisent et que des milliers d’animaux meurent dans des circonstances tragiques.

La propagation des maladies est un autre facteur préoccupant. Des maladies telles que le virus de la fièvre catarrhale du mouton, la fièvre aphteuse, la grippe aviaire et la peste porcine peuvent être directement imputables au transport des animaux de ferme. Le déplacement de bétail sur de longues distances vers les marchés et les abattoirs peut propager des maladies infectieuses entre animaux d’un pays à l’autre. Les animaux peuvent voyager d’un pays à l’autre avec peu de contrôles médicaux, ce qui peut entraîner la propagation de maladies. En 2007, des bovins importés d’Europe continentale sont arrivés avec le virus de la fièvre catarrhale car ils n’avaient pas encore été testés avant le début de leur voyage. La souffrance ne se termine souvent pas à la fin du voyage. Duncan nous informe que :

« De toutes les choses que nous faisons à nos animaux à la ferme, celles que nous leur faisons 24 heures avant leur abattage réduisent au maximum leur bien-être. » (29)

Dans de nombreux pays, les animaux sont brutalement chargés, déchargés et déplacés à l’aide d’aiguillons électriques, de bâtons, de cordes, de chaînes et d’objets tranchants. Les normes d’abattage varient. Certains animaux ne sont pas suffisamment assommés ou ne sont pas assommés avant l’abattage :

« Les oiseaux comme les poulets à griller et les dindes sont tirés et traînés par les pattes et poussés dans des caisses avec une hâte extrême (jusqu’à des milliers par heure). Les luxations et les fractures sont fréquents, de même que les blessures internes et la mort. En raison de problèmes d’étourdissement, les oiseaux courent un plus grand risque de rater la machine d’étourdissement et d’entrer dans le réservoir d’échaudage vivants et conscients. »(30)

« Les techniques de saignement peuvent être médiocres, ce qui signifie que les porcs peuvent reprendre conscience en se tenant tête en bas des chaînes de la chaîne d’abattage avec une blessure à la poitrine. Ces animaux vont essayer désespérément de se redresser, incapables de comprendre ce qui leur arrive. (Grandin 2003). ”(31)

« Les poissons placés sur la glace mettent jusqu’à 15 minutes pour perdre connaissance, mourant finalement par suffocation. Cela signifie que les poissons peuvent être conscients lorsque leurs ouïes sont coupées. » (32)

Gross nous informe que les porcs ne sont pas les seuls animaux à reprendre conscience au cours du processus d’abattage. Lorsque nous prenons conscience des pénibles réalités de la consommation de produits d’alimentation à base d’animaux, nous comprenons pourquoi Métropolite Kallistos décrit son expérience de l’élevage intensif comme non chrétienne et ses gains financiers comme un « profit pervers ». Une question qui reste à résoudre est de savoir où est la compassion, la justice, la miséricorde et l’intégration dans notre communauté demandées par le patriarche œcuménique, pour les animaux utilisés dans ces systèmes ?

Après avoir exposé dans mon livre “an Eastern Orthodox theory of love and compassion to all creatures” (“Une théorie orthodoxe orientale de l’amour et de la compassion envers toutes les créatures”), nous devons à nouveau demander si nous devons l’appliquer aux animaux dans l’industrie de la production alimentaire. Là encore, si la réponse est non, nous devrions examiner pourquoi nous avons choisi d’exclure des trillions d’animaux de notre inclusion dans notre révolution spirituelle. Si la réponse est oui, nous devons nous demander comment appliquer les enseignements sur l’extension de notre communauté, la justice et les droits des animaux au sein de ces systèmes. Ce ne sera pas facile, car ceux qui utilisent de telles pratiques ou consomment ses produits doivent accepter que des changements sont nécessaires.

Dans le cadre de cette partie de la discussion, il ne semble n’y avoir que deux solutions :

a) les industries de production d’aliments pour animaux cessent de reproduire un grand nombre d’animaux.

b) Les consommateurs réduisent ou s’abstiennent de produits alimentaires à base d’animaux, réduisant ainsi la demande, le nombre d’animaux élevés, les dommages environnementaux qu’ils causent et la souffrance globale subie.

La première semble improbable puisque l’industrie répond aux demandes du consommateur et réalise d’énormes profits. La solution semble donc appartenir au consommateur. C’est là que les dirigeants de notre Église peuvent jouer un rôle important. Si les individus étaient encouragés à s’abstenir ou à réduire leur consommation de produits alimentaires à base d’animaux, cela constituerait à la fois un moyen efficace et immédiat de réduire la demande, les souffrances des animaux et les dommages causés à l’environnement et à la santé humaine. En fondant l’argument sur la probabilité que les gens choisissent l’intérêt personnel au détriment de l’altruisme, les chrétiens accepteront peut-être davantage cet enseignement s’ils connaissent les problèmes de santé associés à un régime alimentaire basé sur les animaux. Bien que ces informations soient généralement disponibles via les professions de la santé et les médias, l’Église joue également un rôle important. Les enseignements patristiques témoignent de la destruction de la création de Dieu à cause des passions humaines et un exemple fréquent est l’amour égocentrique de la gourmandise. Saint Grégoire offre des conseils :

“Utilisez, mais ne faites pas un mauvais usage… Ne vous laissez pas aller à une frénésie de plaisirs. Ne faites pas de vous un destructeur de tout ce qui est vivant, qu’il soient quadrupèdes petits ou grands, petit ou grand, oiseaux, poisson, exotique ou commun, bon marché ou onéreux. La sueur du chasseur ne doit pas vous remplir l’estomac tel un puits sans fond que beaucoup d’hommes qui creusent ne peuvent jamais remplir. »(33)

Une question qui se pose ici est de savoir si la gourmandise est un péché, le fait de tuer des animaux pour nourrir cette gourmandise est-il aussi un péché ? L’utilisation du langage négatif par St. Grégoire pour décrire le processus : pillages, éradications, hédonistes astucieux, peut indiquer que tel est le cas. Alors que Saint Jean Chrysostome ne désigne pas spécialement la nourriture dans ce qui suit, il reconnaît le lien entre nourriture et mauvaise santé :

« N’observez-vous » pas chaque jour des milliers de pathologies liées à des tables surchargées et à une alimentation immodérée ? » (34)

Russell (1980) nous informe que :

« Le contrôle de l’appétit n’était jamais terminé. il est instructif de dire que c’est la gourmandise autant que la sexualité qui était leur champ de bataille continu. »(35)

Beaucoup de gens ignorent les effets néfastes de la consommation de produits d’origine animale sur la santé. Cela est dû en partie aux sommes considérables utilisées pour commercialiser des produits d’origine animale comme étant sains. Pourtant, lorsque nous examinons les recherches sur l’alimentation et les problèmes de santé, nous constatons une corrélation directe entre l’adoption de régimes à base d’animaux dans les pays en développement et les problèmes de santé en occident, qui incluent l’obésité. Au Royaume-Uni, l’obésité a plus que triplé au cours ces 25 dernières années avec près d’un tiers des adultes et un quart des enfants obèses. Les experts en santé estiment que l’obésité est en rapport avec un large éventail de problèmes de santé, notamment à certains cancers. Diabète ; maladie cardiaque ; hypertension artérielle ; arthrite ; infertilité ; indigestion ; calculs biliaires ; stress, anxiété, dépression ; ronflement et l’apnée du sommeil.

La consommation de produits alimentaires à base d’animaux est la norme dans bien des cultures et, malgré les nombreuses mises en garde relatives à la santé associées aux produits alimentaires à base d’animaux, un grand nombre de personnes continuent à s’en nourrir. Encore une fois, nous voyons l’importance du travail de Kahneman. Les attitudes vis-à-vis du régime ne seront pas faciles à changer sans éducation. Certes, une telle éducation devrait être continue dans les écoles et les collèges ; Cependant, il s’agit ici d’un autre domaine dans lequel les dirigeants de l’Église peuvent jouer un rôle important.

Passons maintenant aux implications sotériologiques (liées au salut de l’âme) de nos actions. Sa Sainteté Bartholomée offre une certain éclairage sur la question. Il commence par énumérer les catastrophes environnementales telles que les explosions nucléaires, les déchets radioactifs, les pluies toxiques et les déversements d’hydrocarbures polluants, puis, exceptionnellement, il ajoute une forme de maltraitance animale à la liste :

« Nous pouvons aussi penser au gavage forcé des animaux afin qu’ils nous fournissent plus de nourriture. Tout cela constitue un renversement insolent de l’ordre naturel. »(36)

Il s’agit d’un enseignement rare et essentiel concernant l’angle de la souffrance animale basé sur la production d’aliments d’origine animale. Sa reconnaissance de la violence et des processus de production inhumains impliqués est une reconnaissance claire du fait que le gavage forcé des animaux est un exemple d’exploitation de « la nature ». Son langage nous rappelle le langage réprobateur de St Grégoire dans son enseignement sur « Usez ; n’abusez pas ! »Il reconnaît également les effets pervers du renversement insolent de l’ordre naturel sur la santé humaine :

« En effet, il est généralement admis que la perturbation de l’ordre naturel a des effets négatifs sur la santé et le bien-être de l’homme, tels que les fléaux contemporains de l’humanité, le cancer, le syndrome de fatigue post-virale, les maladies cardiaques, les angoisses. et une multitude d’autres maladies (37). »

Sa reconnaissance du lien qui existe entre les pratiques d’exploitation de produits alimentaires et les dommages causés à la santé animale et à la santé humaine revêt également une importance capitale, car elle souligne l’interdépendance du monde créé. La question qui se pose ici est de savoir s’il a identifié ces processus comme des péchés ? Une question morale et éthique connexe et tout aussi difficile est de savoir s’il est juste de tuer des animaux innocents dans le cadre de la recherche médicale pour traiter des troubles résultant de cette forme d’auto-indulgence humaine. L’enseignement de Sa Sainteté Bartholomée sur l’exploitation de la nature par l’humanité de « manière avare et contre nature » peut nous aider à répondre à cette question. Je soutiens que ces pratiques indiquent non seulement le désir de réaliser un profit pervers, mais également l’arrogance humaine persistante et le mauvais usage pervers de notre liberté.

L’enseignement sur le renversement de l’ordre naturel s’applique également à un autre aspect de la souffrance animale, à savoir la perte de liberté. Les animaux gardés dans des enclos ou des cages sont limités dans leurs mouvements et leurs comportements naturels. Les exemples incluent la gestation et les casiers à veaux ; « en batterie » et cages confinées ; petites cages ou enclos pour animaux à fourrure ou animaux sauvages gardés à des fins de curiosité et de divertissement. Garder les animaux dans ces conditions provoque une détresse physiologique et psychologique et une mauvaise santé. Il semble donc raisonnable d’inclure son exemple spécifique de gavage forcé des animaux et mes ajouts à celui-ci, à titre d’autres exemples de péchés contre les animaux. Sa Sainteté Bartholomée évoque également les conséquences sotériologiques négatives pour ceux qui, par leur inaction et / ou leur utilisation des produits, font partie du problème :

« Nous partageons tous la responsabilité de telles tragédies, car nous tolérons ceux qui en sont immédiatement responsables et acceptons une partie des fruits résultant d’un tel abus de la nature. » (38)

En appliquant son enseignement à notre thème, je peux affirmer que, bien que nous ne devons pas tuer ou élever les animaux de manière inhumaine, par notre demande de produits alimentaires à base d’animaux, de vêtements en fourrure ou de divertissements, nous faisons partie de la raison pour laquelle de telles pratiques et processus existent. Nous créons essentiellement la demande et le marché. Une analogie utile est la détention de biens volés. Le défi de passer de la théorie à la pratique demeure.


Un rôle pour l’église.

L’Orthodoxie Orientale enseigne la nécessité d’une révolution spirituelle et l’extension de la justice, des droits, de la miséricorde, de la compassion, de la non-violence et de l’inclusion de la nature dans notre communauté. Nous devons également être une « voix pour les sans-voix », ce qui indique que nous devons agir de manière à réduire les souffrances des animaux. Que devons-nous donc dire, en tant que chrétiens orthodoxes d’Orient et de l’Église, lorsque nous apprenons que des animaux souffrent à la fois dans l’élevage et la mort d’animaux au sein de ces systèmes ? Limouris parle de la question de relier notre devoir chrétien afin d’identifier les injustices, ce qui nous ramène au sacrifice personnel :

« Les hommes et les femmes chrétiens doivent aussi avoir le courage de mettre en lumière les injustices qu’ils constatent, même si cela leur impose de faire des sacrifices personnels. Ces sacrifices peuvent comprendre de coûteuses implications et actions. »(39)

« Nous devons nous repentir des abus que nous avons infligés au monde naturel… Nous devons travailler et faire pression de toutes les manières possibles… Pour nous, cela signifie un réengagement envers la vie simple qui se contente du nécessaire et… une nouvelle affirmation de l’auto-discipline, un renouveau de l’esprit d’ascèse. »(40)

« Cependant, les mots – et même les attitudes modifiées – ne suffiront plus. Où que nous nous trouvions, en tant que chrétiens, nous devons agir pour restaurer l’intégrité de la création. Un plan d’action créatif, coopératif, actif et déterminé est requis pour la mise en œuvre. »(41)

Si c’est notre devoir chrétien individuel d’identifier les injustices et d’agir pour les prévenir, il semble raisonnable de conclure que cela devrait incomber aux responsables de l’Église. Quelles sont alors les possibilités pour nous en tant qu’individus et dirigeants de notre Église ? Changer les attitudes de ceux qui dirigent ces processus industriels sera difficile, voire impossible, sans une intervention de l’extérieur. C’est un domaine dans lequel les dirigeants de l’Eglise orthodoxe orientale pourraient jouer un rôle important, tout comme ils l’ont fait dans le cadre de leur engagement en faveur de la protection de l’environnement. En voici des exemples : les colloques sur l’environnement consacrés à la religion et aux sciences par Sa Sainteté Bartholomée ; sa visite au Forum économique mondial de Davos et sa récente action coordonnée avec le pape François, réunissant chacun des dirigeants d’entreprises, de scientifiques et d’universitaires à Rome et à Athènes, respectivement, afin d’accélérer la transition des combustibles fossiles vers des énergies renouvelables sûres. Par conséquent, il est également possible de mettre en place ce type d’action coordonnée pour discuter de l’impact sur l’environnement d’un régime alimentaire à base d’animaux.

Dans mon livre, nous apprenons que certains responsables commencent à définir la cruauté, les abus et l’exploitation des animaux dans les industries alimentaires basées sur les animaux comme un péché et un abus de la liberté humaine. Nous avons également l’enseignement suivant de l’abbé Khalil :

« Les chrétiens doivent éviter autant que possible de manger de la viande par compassion pour les animaux et prendre soin de la création. » (42)

Je suis végétalienne / végétarienne depuis 50 ans et je n’avais jamais essayé de « convertir » d’autres à ce régime. Les temps ont changé. Nous devons tous nous exprimer pour faire face à la catastrophe très réelle et imminente de la montée des changements climatiques. Dans mes travaux, j’ai maintes fois soutenu que l’abstinence des produits alimentaires à base d’animaux était un élément crucial pour réduire efficacement les souffrances des animaux, la dégradation de l’environnement et le réchauffement de la planète. En définissant le péché d’exploitation et d’abus dans les pratiques contemporaines de production alimentaire basée sur les animaux, les dirigeants de notre Église réaffirmeraient également l’enseignement de Christ dans Luc 14 : 5 et la tradition de l’Église primitive selon laquelle nous devrions agir pour empêcher les souffrances des créatures de Dieu non-humaines. Je soutiens qu’il sera également efficace de faire progresser notre voyage spirituel vers la ressemblance envers un Dieu aimant et compatissant.

Je suis encouragée par le fait que ceux qui ont du pouvoir nous demandent de représenter les sans-voix et que le débat environnemental orthodoxe oriental préconise des actions plutôt que des paroles. Ce processus a débuté par le biais de discussions orthodoxes orientales sur des questions environnementales et je soumets respectueusement que ces discussions doivent maintenant s’étendre aux domaines de la souffrance animale découlant du même état d’esprit de domination sur le monde naturel. Je suis également encouragé par les enseignements sur les implications sotériologiques négatives pour ceux qui infligent des abus, ceux qui y sont indifférents et ceux qui savent, sont concernés mais n’agissent pas pour réduire les souffrances. Je répète l’important enseignement de Sa Sainteté Bartholomée sur la nécessité d’agir :

« Nous sommes tous douloureusement conscients de l’obstacle fondamental auquel nous sommes confrontés dans notre travail en faveur de l’environnement. C’est précisément cela : comment passer de la théorie à l’action, du mot aux actes. »(43)

Une partie de ce processus nécessite que nous soyons attentifs à notre langage. Si nous désignons continuellement les animaux sous des termes tels qu’« environnement », « nature » ou « ressources », il est peu probable que la majorité des laïcs les considèrent jamais comme faisant partie de notre communauté, dignes de justice, de droits et de miséricorde et considérez-les comme dignes de notre amour et de notre compassion. Commençons plutôt par les appeler des animaux ou, mieux encore, des vaches, des moutons, des poules, etc., afin de faciliter le processus de les voir comme des êtres individuels aimés de Dieu, plutôt que comme des unités de production ou de vie disponible.

La description par Sherrard de notre psychose collective – notre marche continue vers l’abîme, indique que nous n’avons pas suffisamment compris les enseignements orthodoxes orientaux et que les dirigeants de notre Église et nos universitaires doivent remédier à cet échec. Une partie de ce processus consistera à faire en sorte que nos prêtres et nos laïcs comprennent les enseignements orthodoxes orientaux relatifs à la souffrance animale. Pour que cela se produise, nous avons besoin que nos dirigeants s’engagent sur le sujet. Il a apparemment été difficile pour les dirigeants de l’Église chrétienne de préconiser un régime végétalien/végétarien. Cette forme de régime est presque l’équivalent d’un jeûne strict et permanent, qui exige des sacrifices quotidiens. Certains ont fait valoir que nous devrions promouvoir le jeûne orthodoxe et je conviens que si tout le monde l’acceptait, cela aiderait certainement. Mais nous avons peu de temps. Les scientifiques nous ont donné environ 12 ans pour « faire demi-tour ». Nous devons être réalistes. La question qui se pose est donc de savoir dans quelle mesure est-il réaliste d’attendre des autres qu’ils adoptent le compliqué système du jeûne orthodoxe ? Cela dit, l’Eglise orthodoxe a néanmoins un rôle important à jouer. Le concept de sacrifice est étranger à beaucoup de sociétés contemporaines, mais c’est précisément là que les dirigeants de l’Eglise orthodoxe orientale jouent leur rôle. L’Orthodoxie Orientale possède la tradition ascétique et donc le pouvoir de promouvoir un régime alimentaire qui exige des sacrifices quotidiens, contrairement aux autres religions chrétiennes, aux éthiciens laïcs ou aux environnementalistes. Afin de faciliter cette possibilité, je termine ma discussion sur le régime à base d’animaux en présentant quelques propositions concrètes :

1) Les dirigeants orthodoxes pourraient exhorter les chrétiens orthodoxes et les non-croyants à abandonner totalement les régimes à base d’animaux ou, dans un premier temps, à s’abstenir d’aliments produits dans le cadre de pratiques d’élevage intensives. Ce faisant, l’impact sur la souffrance des animaux, la santé humaine et les dommages environnementaux serait énorme.

2) Si nos patriarches et évêques déclaraient leur intention de ne pas consommer ni fournir de produits alimentaires à base d’animaux lors de leurs réunions, cela enverrait un message fort et attirerait l’esprit des clercs et des laïcs.

3) Nos dirigeants pourraient affirmer comme péché le fait d’infliger un préjudice à la création animale de Dieu dans le but de réaliser des profits toujours croissants.

Pour changer la conception des animaux en tant que “vies jetables”, il est essentiel que nos prêtres soient informés des nombreux problèmes liés aux industries de la production d’aliments à base d’animaux. Les modules de séminaire peuvent être adaptés à partir du cadre modulaire, décrit à l’annexe B de mon livre. Une telle formation permettrait à nos prêtres d’enseigner un message cohérent qui conduira à la réduction de la souffrance animale, à l’amélioration de notre santé et de notre environnement et à l’avancement de nos voyages spirituels. J’ai été invité à prendre la parole au prochain sommet d’Istanbul, où je devrai « inspirer » les dirigeants de nos séminaires et de nos académies à l’inclusion d’un module sur les soins de l’environnement et des animaux. Je demande vos prières pour cet important travail.

Afin de faciliter encore ce qui précède, la fondation caritative “Pan-Orthodoxe Concern for Animals” travaille dans un contexte œcuménique afin de créer un cadre éthique pour guider la politique et la pratique des églises et autres institutions chrétiennes en matière de bien-être des animaux d’élevage. Cette initiative vise à développer des ressources et à travailler avec les institutions pour soutenir le développement et la mise en œuvre de politiques dans ce domaine. La reconnaissance de l’engagement de l’Église orthodoxe orientale dans de telles initiatives envoie un message clair aux laïcs et aux manufacturiers qu’il est temps de changer leurs pratiques.

Enfin, pour être clair, je n’affirme pas que tous les travailleurs de cette industrie sont des personnes cruelles ou diaboliques, bien qu’il existe de nombreux cas recensés de personnes présentant de telles tendances. Ce que je dis, c’est que le système lui-même est une forme de violence légalisée à l’égard des animaux qui contribue au changement climatique, à la mauvaise santé humaine et à la souffrance des animaux, répétant ainsi la disharmonie cosmique évoquée par les pères de l’Église primitive. Je soutiens que cela est incompatible avec les enseignements anciens et contemporains de l’Église orthodoxe orientale et qu’il convient donc de le rejeter.

Reférences :
 1. Luc 14 : 5.

2. Irénée, contre les hérésies, 2,2 : 5 ; 4.18.6. 3 Cyril de Jérusalem, Homélies catéchétiques, 13 : 2 ; voir aussi 13h35 et 15h :

3. Notez le point de vue de Cyril de Jérusalem sur l’intendance, Homélies catéchétiques, Homélie 15:26 ; aussi, Mt 5:16.

4.Basil, Hexaemeron 7 : 5.

5. H. A. H. Bartholomew. https://www.patriarchate.org/-/address-by-his-all-holiness-ecumenical-patriarch-bartholomew-to-the-scholars-meeting-at-the-phanar-janvier-5-2016-.

6. Harakas, ‘Ecological Reflections on Contemporary Orthodox Thought in Greece.” (“Réflexions écologiques sur la pensée orthodoxe contemporaine en Grèce”). Epiphany Journal 10 (3) : 57.

7. Métropolite Kallistos interview Ch. 6, dans Nellist. C. “Christianity and Animal Suffering : Ancient Voices in Modern Theology” (“Le christianisme orthodoxe oriental et la souffrance animale : les voix anciennes dans la théologie moderne”), Cambridge Scholars Publishing, 2018.

8. Résumée par Clément d’Alexandrie sous le titre ‘Harmony of the parts of the soul’ (“Harmonie des parties de l’âme”), Clément d’Alexandrie, Stromateis, 4.26 ; également, Harakas, « The Integrity of Creation », 76.

9. Harakas, « L’intégrité de la création : enjeux éthiques » dans La justice, la paix et l’intégrité de la création : le point de vue de l’orthodoxie (“The Integrity of Creation : Ethical Issues” in, Justice Peace and the Integrity of Creation : Insights from Orthodoxy”) , publié par L. Gennadios, p. 70-82. Genève : COE, 1990 : 77.

10. Bonhoeffer, éthique. Ed. E. Bethge. Traduit par N, Horton Smith. London & NY : SCM Press, 1978 : 176.

11. Bartholomew, (“Gardien de l’Environnement” (« Caretaker of the Environment »), 30 juin 2004. http://www.ec-patr.org.

12. Bartholomew, Encountering the Mystery : Understanding Orthodox Christianity Today : His All Holiness Ecumenical Patriarch Bartholomew” (“à la découverte du mystère : comprendre le christianisme orthodoxe aujourd’hui : Sa Sainteté le patriarche œcuménique Bartholomée”). New York, Londres, Toronto, Sydney, Auckland : Doubleday. 2008 : 107 ; aussi, Chryssavgis, Dire la vérité, 297 ; Rencontré. John, « L’homme prêtre de la création ».

13. Bartholomew, ” “Justice : Environmental and Human” composed as “Foreword” to proceedings of the fourth summer seminar at Halki in June (1997) (« Justice : Environmentale and Humaine »), composé comme « Avant-propos » des débats du quatrième séminaire d’été tenu à Halki en juin 1997 dans Chryssavgis, Parler de la vérité, 173 ; ainsi que “Environmental Rights” (« Droits de l’environnement ») dans Chryssavgis, Cosmic Grace, 260.

14. Bartholomew “The Orthodox Church and the Environment” (« L’Église orthodoxe et l’environnement ») dans Chryssavgis, Cosmic Grace, 2009 : 364

15. Métropolite. Kallistos (Ware) “Orthodox Christianity : Compassion for Animals’ (« Le christianisme orthodoxe : la compassion pour les animaux »), communication présentée à la conférence IOTA, Iasi, Roumanie, 2019. Voir également “The Routledge Handbook of Religion and Animal Ethics” ( “le manuel Routledge sur la religion et l’éthique animale”), publié par A. Linzey et C. Linzey, Routledge, 2018

16. Ibid.

17. Barthélemy, “Sacrifice : The Missing Dimension” (« Sacrifice : La dimension manquante ») dans Cosmic Grace, 2008 : 275.

18. Ibid.

19. Bartholomew, “Address before the Twelfth Ordinary General Assembly,” in Speaking the Truth (« Allocution avant la douzième Assemblée générale ordinaire », dans Parler de la vérité), 2011 : 283.

20. Keselopoulos, “Man and the Environment : A Study of St. Symeon the New Theologian” (“l’homme et l’environnement : une étude de saint Syméon, le nouveau théologien”), trad. E. Theokritoff. Crestwood, NY : SVSP, 2001 : 93.

21. Keselopoulos “The Prophetic Charisma in Pastoral Theology : Asceticism, Fasting and the Ecological Crisis” (« Le charisme prophétique dans la théologie pastorale : ascétisme, jeûne et crise écologique ») dans “Toward Ecology of Transfiguration : Orthodox Christian Perspectives on Environment, Nature and Creation” (“Vers l’écologie de la transfiguration : perspectives chrétiennes orthodoxes sur l’environnement, la nature et la création, eds. Chryssavgis J. et B. V. Foltz, NY : Fordham University Press, 2013 : 361.

22. Keselopoulos dans Chryssavgis & Foltz, p 361-2

23. Voir les derniers rapports du GIEC, de l’OMM et de la NASA et de la dernière édition de The Lancet.

24. Zizioulas, ‘Comments on Pope Francis’ Encyclical Laudato Si’’(« Commentaires sur l’encyclique Laudato Si du Pape François ». Disponible à : https://www.patriarchate.org/-/a-comment-on-pope-francis-encyclical-laudato-si-.

25. Métropolite Antoine (Bloom) Encounter, 135.

26. Métropolite Kallistos, Ch. 6 in, Nellist, C. “Eastern Orthodox Christianity and Animal Suffering : Ancient Voices in Modern Theology” (“Le christianisme orthodoxe oriental et la souffrance animale : Les voix anciennes dans la théologie moderne”). 2018.

27. Knight A, “Animal Agriculture and Climate Change” in, The Global Guide to Animal Protection (« Agriculture animale et changement climatique » dans le “Guide mondial de la protection des animaux”), éd. A. Linzey, p. 254-256. Urbana, Chicago and Springfield : University of Illinois Press (Presses de l’Université de l’Illinois), 2013 ; aussi dans Nellist op. cit., p. 250-1.

28. Broom et Fraser : Farm Animal Behaviour and Welfare (Comportement et bien-être des animaux de ferme) . (NY : CABI Publishing, 1997 ; Turner, Stop, Look, Listen : Recognising the Sentience of Farm Animals, (A Report for Compassion in World Farming. 2006 ; Duncan ‘Animal Welfare Issues in the Poultry Industry : Is There a Lesson to Be Learned’, Journal of Applied Animal Welfare Science, 2001 ; Webster, “Welfare Implications of Avian Osteoporosis.” Poultry Science 83 (2004), pp. 184-92 ; G. Stokka, J.Smith and J. Dunham, Lameness in Dairy Cattle, (Kansas State University Agricultural Experiment Station and Cooperative Extension Service, 1997). (Turner : Stop,écoutez, : reconnaître la sensibilité des animaux d’élevage, Un rapport intitulé Compassion in World Farming. 2006 ; Problèmes de bien-être animal de Duncan ’dans l’industrie de la volaille : faut-il un enseignement ’, Revue de la science appliquée sur le bien-être des animaux, 2001 ; Webster, « Répercussions sur le bien-être de l’ostéoporose aviaire », Poultry Science 83 (2004), p. (Station d’expérimentation agricole de la Kansas State University, 1997), disponible à l’adresse suivante : https://www.bookstore.ksre.k-state.edu/Item.aspx?catId=567&pubId=672 ; T. Vernelli, “The Dark Side of Dairy” (“La face sombre de l’industrie laitière”) – Rapport sur l’industrie laitière britannique, 2005. Disponible sur : http://milkmyths.org.uk/pdfs/dairy_report.pdf ; Commission européenne, 1995, 2001, 2012 ; Aaltola, Animal Suffering : Philosophy and Culture (Basingstoke, Hampshire : Palgrave, 2012 : 34 à 45). Aaltola fournit de nombreux autres rapports et études scientifiques qui décrivent de nombreux exemples de Souffrance.

29. Duncan, 2001 : 216.

30. Duncan, 2001 : 211. Voir également Gregory et Wilkins, “Broken Bones in Domestic Fowl : Handling and Processing Damage in End-of-Lay Battery Hens.” (“« Des os brisés chez les oiseaux domestiques : manipulation et traitement des dommages chez les poules en fin de ponte. ») ; Weeks & Nicol, “Poultry Handling and Transport” (« Manipulation et transport de la volaille ») ; Webster, “Welfare Implications of Avian Osteoporosis.” (« Conséquences de l’ostéoporose aviaire sur le bien-être social »).

31. Grandin, T. ‘The welfare of pigs during transport and slaughter’ (« Le bien-être des porcs pendant le transport et l’abattage »), Pig News and Information, 24 : 3, 83-90. Ceux qui suivent le judaïsme et l’islam abattent encore des animaux selon la tradition biblique. Une enquête cachée récente a mis en lumière les actions inhumaines et les souffrances immenses des animaux : http://www.dailymail.co.uk/news/article-5456263/Men-chanted-tribal-style-dance-killed-sheep-spared-jail.html ; également, http://www.ciwf.org.uk/news/2013/05/illegal-slaughter-of-animals-in-cyprus/.

32. Lymbery, ‘In Too Deep : The Welfare of Intensively Farmed Fish’ (“Dans les profondeurs : le bien-être des poissons d’élevage intensif”), disponible à l’adresse suivante : http://www.eurocbc.org/fz_lymbery.pdf.

33. Saint Grégoire de Nysse, “On Love for the Poor” (“De l’amour pour les pauvres”), 57.

34. Saint Jean Chrysostome, “On Repentance and Almsgiving” (“Sur le repentir et l’aumône”), 10.5, 130.

35. Russell, The Lives of the Desert Fathers (“La vie des pères du désert”), Oxford. Mowbray & Kalamazoo, MI : Cistercian Publications, 1981 : 37.

36. « Message by H. A. H (His All Holiness). Ecumenical Patriarch Bartholomew upon the Day of Prayer for the Protection of Creation,” (de Sa Sainteté le Patriarche œcuménique Bartholomée à l’occasion du jour de prière pour la protection de la création », 1er septembre 2001, dans Chryssavgis, Cosmic Grace, p. 56.

37. Ibid.

38. The acceptance of stolen goods makes the point. ( Faire le point sur l’acceptation des biens volés ). ““Message by H. A. H. Ecumenical Patriarch Bartholomew upon the Day of Prayer for the Protection of Creation” (“Message de Sa Sainteté le Patriarche œcuménique Bartholomée à l’occasion du Jour de prière pour la protection de la création”), 1er septembre 2001, dans Chryssavgis, Cosmic Grace, p 57.

39. Limouris “Justice, Peace and the Integrity of Creation : Insights from Orthodoxy” (“Justice, paix et intégrité de la création : aperçus de l’orthodoxie”), 1990 : 24, no 30.

40. Ibid., 12, no 37.

41. Ibid., 12, no 38.

42. Abba Khalil, conversation privée, 15 avril 2018. Utilisé avec permission.

43. Barthélemy, “Sacrifice : The Missing Dimension”, (« Sacrifice : La dimension manquante »), dans Cosmic Grace, p. 275.

Dr. Christina Nellist, est une chercheuse invitée (Visiting Fellow) et chercheuse à l’Université de Winchester, rédactrice en chef de Pan Orthodox Concern for Animals. (“Préoccupation orthodoxe universelle pour les animaux”) Courriel : panorthodoxconcernforanimals chez gmail.com.

THEOLOGICAL PERSPECTIVE ON THE INTERCONNECTION OF CLIMATE CHANGE, FOOD CHOICES AND ANIMAL SUFFERING

La tradition vivante de l’Église orthodoxe orientale
trad. Jean-Marc Noyelle

This is a revised version of my article in the latest edition of the International Journal of Orthodox Theology and part of my book Eastern Orthodox Christianity and Animal Suffering: Ancient Voices in Modern Theology. This formed the basis of my recent presentation at the IOTA conference in Romania in January 2019. 
Dr. Christina Nellist, has just concluded a Visiting Fellow position at the University of Winchester and is now Editor of Pan Orthodox Concern for Animals.

Certains pourraient soutenir que les sujets abordés dans cet article ne relèvent pas du discours théologique ou éthique orthodoxe oriental. Ce n’est pas le cas. Nous avons des enseignements à la fois anciens et contemporains, qui nous donnent l’autorité nécessaire pour aborder ces sujets importants.

« Lequel d’entre vous, ayant un fils ou un bœuf tombé dans un puits, ne le sortira pas immédiatement un jour de sabbat ? » (Lc 14,5) (1)

“Now, among all things, our world must be hued. This is also what was done by His Word, as Scripture tells us in the book of Genesis. »(Saint Irenaeus) (2)

« Et ne vous étonnez pas que le monde entier ait été racheté ; car ce n’était pas un simple homme, mais le Fils unique de Dieu qui mourut pour lui. »(Saint Cyrille de Jérusalem) (3)

« Dieu a tout prévu, il n’a rien négligé. Son œil, qui ne dort jamais, veille sur tout. Il est présent partout et donne à chaque être le moyen de sa conservation. Si Dieu n’a pas laissé l’oursin en dehors de sa providence, ne se soucie-t-il point de vous ? »(Saint Basile) (4)

L’allocution de Sa Sainteté. Bartholomée aux érudits orthodoxes est un exemple de voix d’autorités contemporaines :

« L’orthodoxie est une foi en même temps enracinée dans le passé et simultanément une église tournée vers l’avenir. Elle se caractérise par un sens profond de continuité avec les temps et les enseignements de l’Église apostolique et de l’Église des Pères ; mais c’est aussi une Église qui puise dans son riche patrimoine pour répondre aux défis et aux dilemmes modernes. C’est précisément cette double nature qui permet à l’Orthodoxie de parler avec audace de problèmes contemporains critiques, précisément parce qu’il s’agit d’une « tradition vivante » (5).

Dans cet article, nous décrivons cette « tradition vivante » en examinant les défis actuels de la souffrance animale en ce qui concerne le changement climatique, les choix alimentaires et la production d’aliments d’origine animale. La question du choix d’un régime alimentaire est une question parmi beaucoup qui sont importantes pour des milliards d’humains à travers le monde, non seulement à cause de la souffrance animale impliquée, mais également à cause du lien qui existe entre notre choix d’un régime alimentaire à base animale et son impact significatif. sur notre environnement et la santé humaine. Une étude exhaustive de l’interconnexion de ces sujets n’est pas possible ici, car elle nécessiterait sa propre monographie. J’ai plutôt essayé d’équilibrer le besoin de faits et de réalisme plutôt que les platitudes, tout en limitant le matériel utilisé et en tenant compte de la nécessité d’être compatissant envers le lecteur. Cette discussion examine spécifiquement les implications pratiques et la souffrance animale impliquées dans notre choix de nourriture, ainsi que les implications sotériologiques (oeuvre rédemtrice du Christ pour le monde).

Une vérité qui dérange – Le sacrifice et la révolution spirituelle

Le défi permanent qui nous attend tous est de savoir comment appliquer les enseignements orthodoxes anciens et contemporains à la compassion pour « tout » dans la création et élargir notre compréhension de la communauté, de la justice, de la miséricorde et des droits envers les animaux dans le cadre du système d’élevage intensif . Stylios (1989) suggère que nous menions une « vie de justice » (6), qui est interprétée par Harakas comme « le moyen d’éviter le profit immoral, l’injustice et l’exploitation ». Cela s’aligne avec l’enseignement du Métropolite Kallistos sur les « profits pervers » et « l’utilisation immorale d’animaux » dans l’élevage intensif. Harakas affirme également que la justice est le « bon ordre » de la nature humaine (8) où la valeur inhérente de la création exige une approche responsable, « un traitement approprié » (9). En ce sens, Harakas partage les mêmes vues que Bonhoeffer (1971) (10) qui affirme que ces devoirs découlent de droits, qu’il a accordés au monde naturel. Sa Sainteté Bartholomée et Métropolite John Zizioulas expriment un point de vue similaire en nous conseillant d’élargir notre compréhension de la communauté, d’être une voix pour le reste de la création dont les droits sont violés (11) et pour étendre notre amour au monde non humain. (12) Sa Sainteté Bartholomée préconise d’étendre la justice « au-delà des êtres humains à l’ensemble de la création » :

« L’un des problèmes les plus fondamentaux à la base de la crise écologique est le manque de justice qui prévaut dans notre monde… La tradition liturgique et patristique… considère comme juste la personne compatissante qui donne librement en se servant de l’amour pour seul critère. La justice s’étend même au-delà des êtres humains à l’ensemble de la création. L’incinération des forêts, l’exploitation criminelle de ressources naturelles… tout cela constitue une expression de transgression des vertus de la justice. » (13)

Les théologiens orthodoxes orientaux ont demandé à maintes reprises à l’humanité de changer son éthique, fondée sur une théorie de la consommation continue, en une idéologie eucharistique et esthétique de l’amour, de la vertu, du sacrifice, de l’abstinence et de la purification du péché. En substance, ils nous rappellent les enseignements patristiques pour limiter et contrôler nos désirs. Sa Sainteté Bartholomée confirme l’enseignement orthodoxe concernant la mentalité préjudiciable et permanente de domination plutôt que sur celle de l’amour :

« Malheureusement, l’humanité a perdu la relation liturgique entre le Dieu créateur et la création ; au lieu de prêtres et de serviteurs, les êtres humains ont été réduits à des tyrans et à des abuseurs de la nature (14). »

« Trop souvent, il s’agit de victimes innocentes et nous devrions considérer cette souffrance imméritée avec compassion et sympathie. » (15)

En tant qu’êtres vivants, sensibles et facilement blessés, ils doivent être considérés comme un« tu », pas un« il », pour utiliser la terminologie de Martin Buber : non comme des objets à exploiter et à manipuler, mais comme des sujets, capables de joie et de chagrin. , de bonheur et d’affliction” (16).

Sa Sainteté Bartholomée utilise le mot ’nature’ pour indiquer que son enseignement intègre les animaux et corrobore l’argument selon lequel l’abus et l’exploitation des animaux ont des conséquences négatives non seulement pour les animaux victimes d’abus, sous forme de douleur physique, de souffrance et de peur psychologique, mais aussi de troubles sotériologiques (concernant le salut de l’âme) négatifs. implications pour l’humanité. Je soutiens qu’en plus des auteurs d’actes de cruauté et d’exploitation, ceux qui sont au courant de ces actes mais qui leur sont indifférents et ceux qui savent, mais craignent d’essayer en quelque sorte d’atténuer les abus, donnent en un sens une approbation tacite à ce processus et sont des accessoires des faits commis. Il déclare que pour les chrétiens orthodoxes, cet esprit ascétique « n’est pas la négation, mais une utilisation raisonnable et équilibrée du monde ». Il attire également notre attention sur la vérité qui dérange d’une dimension manquante et du besoin de sacrifice :

« Ce besoin d’esprit ascétique peut être résumé en un seul mot clé : sacrifice. C’est la dimension manquante de notre éthique environnementale et de notre action écologique. »(17)

Il clarifie ce point avec des enseignements sur l’auto-limitation de la consommation et interprète la retenue en termes d’amour, d’humilité, de maîtrise de soi, de simplicité et de justice sociale, autant d’enseignements essentiels pour notre choix de régime et les produits que nous choisissons d’ acheter. De manière cruciale, il reconnaît le problème fondamental de l’inaction et les difficultés à effectuer un changement :

« Nous sommes tous douloureusement conscients de l’obstacle fondamental auquel nous sommes confrontés dans notre travail en faveur de l’environnement. C’est précisément cela : comment passer de la théorie à l’action, du mot aux actes (18). »
“Pour que cette révolution spirituelle se produise, nous devons faire l’expérience d’une métanoïa radicale, d’une conversion des attitudes, des habitudes et des pratiques, en recherchant les moyens par lesquels nous avons mal employé ou abusé de la Parole de Dieu, des dons de Dieu et de la création de Dieu.” (19)

Ce sont des enseignements profonds qui rappellent les avertissements des prophètes d’antan. Cette révolution spirituelle est également nécessaire pour une conversion de la façon dont nous considérons les animaux et donc de la façon dont nous les traitons. Plusieurs de ses enseignements nous incitent à refléter l’ascèse des premiers pères et le besoin urgent de changements dans le comportement humain. Dans notre avidité et notre soif de profits toujours croissants, nous « subordonnons et exploitons la création avec violence et habileté ». Cela détruit non seulement la création, mais « sape également les bases et les conditions nécessaires à la survie des générations futures ». Le commentaire de Kallistos sur le « profit pervers » au chapitre six de mon livre et l’enseignement de Saint Irénée selon lesquels nous ne devons pas utiliser notre liberté comme un « manteau de méchanceté ». Cela fait également allusion à la crise environnementale, exemple moderne de la désharmonie cosmique fréquemment soulignée par les Pères, où diverses formes d’injustice polluent la terre ; où les catastrophes naturelles et la famine sont le résultat du mal que les gens ont fait et que ce mal pollue la terre et met Dieu en colère. On peut soutenir que peu de choses ont changé, car nous commençons à ressentir les conséquences dévastatrices de nos abus et de nos utilisations abusives de la création en général et des animaux en particulier. Notre incapacité à passer de la théorie à la pratique indique que nos faiblesses nous empêchent d’atteindre les idéaux chrétiens. Cependant, ce qui est différent, c’est le manque de temps pour apporter des changements importants à notre comportement.

Choix diététiques et dégradation de l’environnement

Keselopoulos (2001) aborde certains des problèmes humains et environnementaux associés au secteur de l’alimentation et du régime alimentaire à base d’animaux. Il explique que les famines en Afrique, causées par la sécheresse et la désertification, sont dues à la monoculture de produits destinés à nourrir les animaux du Nord. Le résultat en est :

“Le phénomène cynique des réserves de lait en poudre envoyées aux enfants mourants en Afrique, alors que leurs propres terres, au lieu de produire des aliments traditionnels pour un usage local, est rendu stérile par la monoculture d’aliments pour animaux destinés à nourrir le bétail européen (20)”.

C’est un point crucial. Notre mauvaise utilisation de la terre et de l’eau afin de répondre à notre désir croissant de produits alimentaires à base d’animaux a créé un déséquilibre dans le monde naturel, causant des dommages à l’homme et aux animaux. La question qui se pose ici est la suivante : est-ce un péché de continuer à utiliser ce système et ses produits une fois que nous avons pris conscience de ses effets dévastateurs ? Keselopoulos en parle clairement en liant explicitement notre utilisation des animaux comme aliment à la pratique d’un esthétisme, de la compassion et de la pitié pour le monde naturel :

« Ainsi, l’esthétisme met prophétiquement en évidence les prérequis de compassion et de pitié pour la nature et la beauté du monde. C’est ce qui peut entraver la spirale descendante dans la barbarie qui tue le règne animal en transformant génétiquement des animaux élevés pour produire du bœuf ou des produits laitiers en monstres de la nature et en rendant le sol stérile » (21).

Keselopoulos illustre non seulement la tension entre les intérêts économiques et la souffrance animale, en particulier dans les industries de production alimentaire à base d’animaux, mais aussi le fait que la pratique du jeûne limite le nombre de décès. Ce faisant, il affirme les enseignements de Sa Sainteté Bartholomée et d’autres sur la cupidité et les profits pervers ; Les enseignements de Saint Grégoire sur user de, et non mésuser de, et sur la nécessité du sacrifice. Je condense ses commentaires :

« Si toutes les motivations de ces activités humaines sont la cupidité insatiable et le désir de profits faciles, alors le jeûne, en tant que restriction volontaire des besoins humains, peut permettre à l’homme de se libérer, au moins dans une certaine mesure, de ses désirs. Il peut à nouveau découvrir son caractère primitif, qui consiste à se tourner vers Dieu, son prochain et la création, avec une disposition véritablement aimante. L’abstinence face à la viande, observée tout au long de l’année par les moines, limite le nombre de morts que nous provoquons par notre relation au monde. L’abstinence de certains aliments vise simultanément à protéger, même pendant une courte période, des animaux si cruellement dévorés par l’homme. L’esprit de jeûne que nous sommes obligés de préserver aujourd’hui dans notre culture exige de changer le cours de notre relation à la nature, passant d’une prédation assoiffée de sang à cet état de gratitude, qui constitue la marque distinctive de l’Eucharistie” (22).

Je suis d’accord avec son analyse, qui correspond aux dernières recherches scientifiques. (23) Métropolite John Zizioulas fournit un argument similaire :

« La maîtrise de la consommation des ressources naturelles est une attitude réaliste et il faut trouver des moyens de limiter le gaspillage immense de matériaux naturels. » (24)

Si cet argument est pertinent pour le gaspillage de « ressources », il est également approprié pour le gaspillage de la vie animale. J’interprète son utilisation de « ressource » comme une référence à la création inanimée, mais comme il y a, encore une fois, de la confusion sur son sens, je rappelle au lecteur la nécessité d’une plus grande attention dans le choix de notre langue. Bien que Métropolite John croyait qu’il serait irréaliste de s’attendre à ce que nos sociétés suivent un ascétisme qui fasse écho à la vie des saints, dont beaucoup étaient végétariens, des millions de personnes choisissent ce régime non violent. Ils comprennent que, même s’ils ne peuvent pas, en tant qu’individus, être en mesure de changer les pratiques abusives des industries de l’alimentation animale, ils ont la liberté de choisir le régime alternatif non violent prôné par Dieu et le font par compassion et miséricorde pour les animaux et l’environnement. Métropolite Antoine de Sourozh indique que le régime végétalien / végétarien est à imiter et la tragédie serait de ne pas le faire :

« Il est effrayant d’imaginer que l’homme appelé à diriger chaque être sur le chemin de la transfiguration, vers la plénitude de la vie, en arriva au point qu’il ne pouvait plus monter vers Dieu et qu’il était obligé de se nourrir par le meurtre de ceux qu’il aurait dû mener vers la perfection. C’est ici que se termine le cercle tragique. Nous nous trouvons dans ce cercle. Nous sommes tous encore incapables de ne vivre que pour la vie éternelle et selon la parole de Dieu, bien que les saints soient en grande partie revenus à la conception originelle de Dieu concernant l’homme. Les saints nous montrent que nous pouvons, par la prière et les efforts spirituels, nous libérer progressivement du besoin de nous nourrir de la chair des animaux et, devenir de plus en plus assimilés à Dieu, requiert de moins en moins de l’utiliser (25). »

C’est une reconnaissance importante de la part du Métropolite Antoine. Il associe le fait de manger des animaux à une perte de liberté humaine et à notre incapacité à transfigurer nos vies déchues et à monter vers Dieu. Keselopoulos affirme que le végétalisme / végétarisme brise ce cercle. Le fait que de nombreux ascètes étaient et sont végétaliens/végétariens devrait nous rappeler le choix alimentaire originel de Dieu et donc la voie alimentaire la plus appropriée à suivre. Il est important de se rappeler que, même si Dieu nous a donné une dispense pour manger de la viande, il ne nous commande ni ne nous oblige à le faire ; nous conservons la liberté de revenir au choix de Dieu. Peut-être si le Métropolite Antoine en avait plus su sur la cruauté impliquée dans la production d’aliments à base animale, il aurait peut-être également choisi de devenir végétalien/végétarien. Métropolite Kallistos reconnaît cette possibilité :

« Les méthodes telles que l’élevage industriel sont plutôt nouvelles et je pense que si davantage de personnes savaient ce qui se passait, elles pourraient bien cesser de manger de la viande… Les gens qui vivent dans des villes comme moi mangent les produits mais ne connaissent pas trop le fond du problème et je pense que si j’en savais plus sur cet arrière-plan, je pourrais peut-être devenir végétarien. »(26)

Il est intéressant de noter qu’il reconnaît également qu’il est facile de trouver des informations disponibles sur le Web, dans des rapports et des recherches, et souligne ce point évident. Alors, c’est peut-être plus que les gens ne veulent pas savoir, plutôt que de ne pas pouvoir accéder à l’information. Nous voyons ici une trace de Kahneman et de saint Paul ; nous savons quoi faire, mais choisissons de ne pas agir de la bonne manière. Si nous, en tant qu’individus ou en tant que dirigeants de notre Église, défendions un régime végétalien/végétarien non violent, cela réduirait non seulement le nombre d’animaux qui souffrent, mais également les nombreux problèmes environnementaux liés à la production d’aliments pour animaux. Notre désir croissant de consommer des produits d’origine animale a conduit à la reproduction d’un nombre d’animaux si important que de graves impacts négatifs se sont produits sur nos environnements. Knight (2013) nous fournit les informations scientifiques importantes suivantes :

En 2006, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (Steinfeld et al.) a calculé que, lorsqu’on mesurait le dioxyde de carbone (CO2), 18% des Gaz à Effet de Serre (GES) dans le monde, soit 7,5 milliards de tonnes par an, résultaient de la production de bovins, buffles, moutons, chèvres, chameaux, chevaux, cochons et volailles. Ces émissions résultent du défrichage des terres destinées à la production d’aliments pour le bétail et au pâturage, des animaux eux-mêmes ainsi que du transport et de la transformation de produits d’origine animale. En revanche, on estime que toutes les formes de transport combinées produisent environ 13,5% des GES mondiaux. Les GES produits par la production animale sont composés de CO2, de méthane, d’oxyde nitreux et d’ammoniac. Steinfeld et ses collaborateurs ont calculé que le secteur de l’élevage est responsable de 9% des émissions de CO2 anthropiques, c’est-à-dire imputables à l’activité humaine, qui résultent principalement de la déforestation provoquée par l’empiétement des cultures fourragères et des pâturages. La production animale occupe environ 30% de la surface de la Terre et entraîne de plus en plus de déforestation, en particulier en Amérique latine. [Environ] soixante-dix pour cent des terres amazoniennes autrefois boisées ont maintenant été converties en pâturages, les cultures fourragères couvrant une grande partie du reste.

Les animaux détenus pour la production émettent 37% de méthane anthropique, ce qui représente, selon les calculs, 72 fois le Potentiel de Réchauffement Planétaire (PRP) du CO2, principalement sur la base d’une fermentation gastro-intestinale par les ruminants (notamment les vaches et les moutons). ). Ils émettent également 65% d’oxyde nitreux anthropique avec 296 fois le PRP du CO2, dont la grande majorité est libérée par le fumier. Ils émettent également 64% d’ammoniac anthropique, ce qui contribue de manière significative aux pluies acides et à l’acidification des écosystèmes.

En 2009, Goodland et Anhang ont calculé qu’au moins 22 milliards de tonnes d’émissions de CO2 imputables à la production animale n’étaient pas comptabilisées et qu’au moins 3 milliards de tonnes avaient été mal attribuées par Steinfeld et ses collègues. Les sources non comptées comprenaient la respiration du bétail, la déforestation et les sous-estimations de méthane. Ils ont conclu que la production animale représentait au moins 51% des émissions de GES dans le monde et probablement beaucoup plus. Bien que les chiffres précis restent à l’étude, il est néanmoins clair que les GES issus de la production animale constituent l’un des principaux contributeurs au changement climatique moderne. (27)

Bien que les chiffres précis restent à l’étude, il est néanmoins clair que l’impact du régime alimentaire à base d’animaux sur le réchauffement climatique continue à être sous-estimé et sous-déclaré. Il est vrai que cette situation est en train de changer, mais on se demande combien de personnes ont lu le récent rapport du GIEC et d’autres rapports qui nous donnent des informations actualisées sur ces chiffres et l’ampleur de la fonte des glaces en Antarctique, etc.

Bien que les orthodoxes n’aient pas de système légaliste, je pense que nous manquerions à notre devoir envers les laïcs et à notre rôle de « prêtre de la création » si nous ne faisons pas plus que ce n’est actuellement le cas. En utilisant l’argument de l’intérêt personnel comme facteur de motivation, nous pouvons voir en quoi l’abstinence d’un régime alimentaire à base d’animaux pourrait avoir un impact bénéfique immédiat sur le changement climatique, nos sources d’eau, notre santé et donc notre survie future. Nous n’avons pas besoin d’attendre les accords mondiaux / gouvernementaux pour effectuer des changements réels et immédiats.

Cela répond en partie aux aspects humain et environnemental de ce thème mais qu’en est-il des animaux, que savons-nous de leurs souffrances dans ces industries ? Si nous voulons, en tant qu’individus ou en tant que dirigeants de notre Église, aborder les implications théologiques et éthiques de la souffrance animale, nous devons nous familiariser avec les connaissances disponibles non seulement sur l’impact environnemental d’un régime alimentaire à base d’animaux, mais également sur les souffrances impliquées. dans les systèmes utilisés. Il y a énormément de recherche dans ce domaine et ici, je condense certaines de ces recherches tout en en référant d’autres :

Afin de répondre aux exigences de la production industrielle et de l’habitat à haute densité, les animaux sont systématiquement marqués avec des fers chauds, écornés, débecqués, équeutés et castrés sans sédation ni analgésie… les porcelets ont la queue coupée et les mâles sont castrés en écrasant ou en arrachant leurs testicules sans analgésiques, même si ces interventions provoquent une « douleur considérable » (Broom et Fraser, 1997). Il en va de même pour les agneaux… Le prix de la mutilation est élevé pour chaque animal. Les porcelets montrent des signes de douleur jusqu’à une semaine après (tremblements, léthargie, vomissements et tremblements des jambes). Chez les agneaux, les niveaux d’hormones de stress font un bond énorme et ils montrent des signes de douleur importante pendant quatre heures ou plus. Les veaux laitiers écornés présentent des douleurs pendant six heures ou plus après (Turner, 2006). Les oiseaux aussi sont mutilés sans analgésiques ; les becs sont taillés et parfois les doigts intérieurs sont également coupés. Après le débecquage, les animaux ressentent une douleur aiguë pendant environ deux jours et une douleur chronique durant jusqu’à six semaines (Duncan 2001). Comme les stocks sont nombreux, les maladies et les blessures risquent de ne pas être détectées et sont dues à une densité élevée, au manque d’espace, au manque de stimulation mentale et à l’épuisement physique. des problèmes de santé physique et mentale apparaissent rapidement (Broom et Fraser, 2007). Les veaux de boucherie sont souvent maintenus dans de minuscules enclos et attachés par le cou et succombent rapidement à un « comportement anormal et à une mauvaise santé » (Turner 2006 ; Commission européenne 1995). La production intensive d’œufs affaiblit les os et conduit à la boiterie, à l’ostéoporose et aux douloureuses fractures, car tout le calcium et les minéraux sont utilisés pour la fabrication des œufs, causant « des douleurs à la fois aiguës et chroniques »… pouvant également entraîner des hémorragies internes, la famine et finalement la mort, qui seront douloureuses et « lentes »(Webster 2004 : 184). Les vaches souffrent de mammites et de boiteries (Stokka et al, 1997) et demeurent enceintes afin de maintenir un rendement laitier élevé (Vernelli, 2005 ; Turner, 2006) .(28)

Il n’y a pas d’autre raison à ces pratiques que le désir d’accroître les profits ; le “profit diabolique” que Métropolite Kallistos décrit. Une question qui se pose ici est de savoir si la « révolution spirituelle » requise devrait s’appliquer aux animaux de ces industries. Si la réponse est non, nous devrions examiner pourquoi nous avons choisi d’exclure des trillions d’animaux de la compassion, de la miséricorde et de la justice. Si nous en concluons qu’ils n’existent que pour cet usage, alors je crois que nous risquons de maintenir une mentalité de domination, ce qui indique à son tour que seule la souffrance humaine concerne Dieu. Je soutiens que cet état d’esprit va à l’encontre des enseignements de l’Église chrétienne orthodoxe orientale et s’apparente au type d’hérésies que les pères de l’Église primitive ont eu tant de peine à surmonter.

Après avoir donné un aperçu des souffrances endurées lors de l’élevage des animaux, nous devrions également envisager leur mort. La plupart des gens croient sans doute que l’abattage d’animaux est « humain » et se pratique près de chez eux. Les recherches démontrent que même dans les pays dotés de lois strictes en matière de bien-être animal, des millions de ces êtres risquent de souffrir du processus de transport et d’abattage. Les animaux vivants sont régulièrement transportés par route, rail, mer ou air à travers les continents. Tous les organismes de bienfaisance consacrés au bien-être des animaux s’accordent à dire que le transport sur de longues distances entraîne d’énormes souffrances : surpeuplement, épuisement, déshydratation, douleur et stress. Par exemple, dans l’UE, le temps d’arriver à l’abattoir, 35 millions de poulets sont morts. L’Australie exporte environ quatre millions de moutons vivants chaque année, principalement au Moyen-Orient. Ces animaux peuvent parcourir jusqu’à cinquante heures de route avant d’entamer les trois semaines de voyage en mer et d’effectuer un autre voyage par la route dans le pays importateur. On estime que des dizaines de milliers de moutons meurent avant d’atteindre leur destination. Bien que le gouvernement australien ait mis en place un système d’assurance de la chaîne d’approvisionnement pour l’exportation, des enquêtes menées par des groupes de défense du bien-être des animaux ont révélé de terribles souffrances lors de l’abattage après exportation. Le Canada transporte des animaux de ferme à des milliers de kilomètres à l’intérieur de ses frontières et en Amérique. Les animaux peuvent faire face à des conditions exceptionnellement rudes lorsque le climat passe du froid glacial au soleil brûlant. Les camions utilisés sont souvent sans climatisation. En Inde, les bovins voyagent dans de vastes régions, seuls deux États étant légalement autorisés à abattre des vaches. Les animaux sont souvent brutalement traités et en surpeuplement durant le transport, ce qui entraîne des blessures graves et la mort. Des milliers d’animaux viennent d’Amérique du Sud et sont élevés pour la production de viande bovine en Asie et en Afrique. Ces voyages impliquent souvent des animaux qui passent des semaines en mer et aboutissent à un abattage inhumain. Cela s’ajoute aux problèmes de transport, lorsque des retards, des erreurs ou des accidents se produisent et que des milliers d’animaux meurent dans des circonstances tragiques.

La propagation des maladies est un autre facteur préoccupant. Des maladies telles que le virus de la fièvre catarrhale du mouton, la fièvre aphteuse, la grippe aviaire et la peste porcine peuvent être directement imputables au transport des animaux de ferme. Le déplacement de bétail sur de longues distances vers les marchés et les abattoirs peut propager des maladies infectieuses entre animaux d’un pays à l’autre. Les animaux peuvent voyager d’un pays à l’autre avec peu de contrôles médicaux, ce qui peut entraîner la propagation de maladies. En 2007, des bovins importés d’Europe continentale sont arrivés avec le virus de la fièvre catarrhale car ils n’avaient pas encore été testés avant le début de leur voyage. La souffrance ne se termine souvent pas à la fin du voyage. Duncan nous informe que :

« De toutes les choses que nous faisons à nos animaux à la ferme, celles que nous leur faisons 24 heures avant leur abattage réduisent au maximum leur bien-être. » (29)

Dans de nombreux pays, les animaux sont brutalement chargés, déchargés et déplacés à l’aide d’aiguillons électriques, de bâtons, de cordes, de chaînes et d’objets tranchants. Les normes d’abattage varient. Certains animaux ne sont pas suffisamment assommés ou ne sont pas assommés avant l’abattage :

« Les oiseaux comme les poulets à griller et les dindes sont tirés et traînés par les pattes et poussés dans des caisses avec une hâte extrême (jusqu’à des milliers par heure). Les luxations et les fractures sont fréquents, de même que les blessures internes et la mort. En raison de problèmes d’étourdissement, les oiseaux courent un plus grand risque de rater la machine d’étourdissement et d’entrer dans le réservoir d’échaudage vivants et conscients. »(30)

« Les techniques de saignement peuvent être médiocres, ce qui signifie que les porcs peuvent reprendre conscience en se tenant tête en bas des chaînes de la chaîne d’abattage avec une blessure à la poitrine. Ces animaux vont essayer désespérément de se redresser, incapables de comprendre ce qui leur arrive. (Grandin 2003). ”(31)

« Les poissons placés sur la glace mettent jusqu’à 15 minutes pour perdre connaissance, mourant finalement par suffocation. Cela signifie que les poissons peuvent être conscients lorsque leurs ouïes sont coupées. » (32)

Gross nous informe que les porcs ne sont pas les seuls animaux à reprendre conscience au cours du processus d’abattage. Lorsque nous prenons conscience des pénibles réalités de la consommation de produits d’alimentation à base d’animaux, nous comprenons pourquoi Métropolite Kallistos décrit son expérience de l’élevage intensif comme non chrétienne et ses gains financiers comme un « profit pervers ». Une question qui reste à résoudre est de savoir où est la compassion, la justice, la miséricorde et l’intégration dans notre communauté demandées par le patriarche œcuménique, pour les animaux utilisés dans ces systèmes ?

Après avoir exposé dans mon livre “an Eastern Orthodox theory of love and compassion to all creatures” (“Une théorie orthodoxe orientale de l’amour et de la compassion envers toutes les créatures”), nous devons à nouveau demander si nous devons l’appliquer aux animaux dans l’industrie de la production alimentaire. Là encore, si la réponse est non, nous devrions examiner pourquoi nous avons choisi d’exclure des trillions d’animaux de notre inclusion dans notre révolution spirituelle. Si la réponse est oui, nous devons nous demander comment appliquer les enseignements sur l’extension de notre communauté, la justice et les droits des animaux au sein de ces systèmes. Ce ne sera pas facile, car ceux qui utilisent de telles pratiques ou consomment ses produits doivent accepter que des changements sont nécessaires.

Dans le cadre de cette partie de la discussion, il ne semble n’y avoir que deux solutions :

a) les industries de production d’aliments pour animaux cessent de reproduire un grand nombre d’animaux.

b) Les consommateurs réduisent ou s’abstiennent de produits alimentaires à base d’animaux, réduisant ainsi la demande, le nombre d’animaux élevés, les dommages environnementaux qu’ils causent et la souffrance globale subie.

La première semble improbable puisque l’industrie répond aux demandes du consommateur et réalise d’énormes profits. La solution semble donc appartenir au consommateur. C’est là que les dirigeants de notre Église peuvent jouer un rôle important. Si les individus étaient encouragés à s’abstenir ou à réduire leur consommation de produits alimentaires à base d’animaux, cela constituerait à la fois un moyen efficace et immédiat de réduire la demande, les souffrances des animaux et les dommages causés à l’environnement et à la santé humaine. En fondant l’argument sur la probabilité que les gens choisissent l’intérêt personnel au détriment de l’altruisme, les chrétiens accepteront peut-être davantage cet enseignement s’ils connaissent les problèmes de santé associés à un régime alimentaire basé sur les animaux. Bien que ces informations soient généralement disponibles via les professions de la santé et les médias, l’Église joue également un rôle important. Les enseignements patristiques témoignent de la destruction de la création de Dieu à cause des passions humaines et un exemple fréquent est l’amour égocentrique de la gourmandise. Saint Grégoire offre des conseils :

“Utilisez, mais ne faites pas un mauvais usage… Ne vous laissez pas aller à une frénésie de plaisirs. Ne faites pas de vous un destructeur de tout ce qui est vivant, qu’il soient quadrupèdes petits ou grands, petit ou grand, oiseaux, poisson, exotique ou commun, bon marché ou onéreux. La sueur du chasseur ne doit pas vous remplir l’estomac tel un puits sans fond que beaucoup d’hommes qui creusent ne peuvent jamais remplir. »(33)

Une question qui se pose ici est de savoir si la gourmandise est un péché, le fait de tuer des animaux pour nourrir cette gourmandise est-il aussi un péché ? L’utilisation du langage négatif par St. Grégoire pour décrire le processus : pillages, éradications, hédonistes astucieux, peut indiquer que tel est le cas. Alors que Saint Jean Chrysostome ne désigne pas spécialement la nourriture dans ce qui suit, il reconnaît le lien entre nourriture et mauvaise santé :

« N’observez-vous » pas chaque jour des milliers de pathologies liées à des tables surchargées et à une alimentation immodérée ? » (34)

Russell (1980) nous informe que :

« Le contrôle de l’appétit n’était jamais terminé. il est instructif de dire que c’est la gourmandise autant que la sexualité qui était leur champ de bataille continu. »(35)

Beaucoup de gens ignorent les effets néfastes de la consommation de produits d’origine animale sur la santé. Cela est dû en partie aux sommes considérables utilisées pour commercialiser des produits d’origine animale comme étant sains. Pourtant, lorsque nous examinons les recherches sur l’alimentation et les problèmes de santé, nous constatons une corrélation directe entre l’adoption de régimes à base d’animaux dans les pays en développement et les problèmes de santé en occident, qui incluent l’obésité. Au Royaume-Uni, l’obésité a plus que triplé au cours ces 25 dernières années avec près d’un tiers des adultes et un quart des enfants obèses. Les experts en santé estiment que l’obésité est en rapport avec un large éventail de problèmes de santé, notamment à certains cancers. Diabète ; maladie cardiaque ; hypertension artérielle ; arthrite ; infertilité ; indigestion ; calculs biliaires ; stress, anxiété, dépression ; ronflement et l’apnée du sommeil.

La consommation de produits alimentaires à base d’animaux est la norme dans bien des cultures et, malgré les nombreuses mises en garde relatives à la santé associées aux produits alimentaires à base d’animaux, un grand nombre de personnes continuent à s’en nourrir. Encore une fois, nous voyons l’importance du travail de Kahneman. Les attitudes vis-à-vis du régime ne seront pas faciles à changer sans éducation. Certes, une telle éducation devrait être continue dans les écoles et les collèges ; Cependant, il s’agit ici d’un autre domaine dans lequel les dirigeants de l’Église peuvent jouer un rôle important.

Passons maintenant aux implications sotériologiques (liées au salut de l’âme) de nos actions. Sa Sainteté Bartholomée offre une certain éclairage sur la question. Il commence par énumérer les catastrophes environnementales telles que les explosions nucléaires, les déchets radioactifs, les pluies toxiques et les déversements d’hydrocarbures polluants, puis, exceptionnellement, il ajoute une forme de maltraitance animale à la liste :

« Nous pouvons aussi penser au gavage forcé des animaux afin qu’ils nous fournissent plus de nourriture. Tout cela constitue un renversement insolent de l’ordre naturel. »(36)

Il s’agit d’un enseignement rare et essentiel concernant l’angle de la souffrance animale basé sur la production d’aliments d’origine animale. Sa reconnaissance de la violence et des processus de production inhumains impliqués est une reconnaissance claire du fait que le gavage forcé des animaux est un exemple d’exploitation de « la nature ». Son langage nous rappelle le langage réprobateur de St Grégoire dans son enseignement sur « Usez ; n’abusez pas ! »Il reconnaît également les effets pervers du renversement insolent de l’ordre naturel sur la santé humaine :

« En effet, il est généralement admis que la perturbation de l’ordre naturel a des effets négatifs sur la santé et le bien-être de l’homme, tels que les fléaux contemporains de l’humanité, le cancer, le syndrome de fatigue post-virale, les maladies cardiaques, les angoisses. et une multitude d’autres maladies (37). »

Sa reconnaissance du lien qui existe entre les pratiques d’exploitation de produits alimentaires et les dommages causés à la santé animale et à la santé humaine revêt également une importance capitale, car elle souligne l’interdépendance du monde créé. La question qui se pose ici est de savoir s’il a identifié ces processus comme des péchés ? Une question morale et éthique connexe et tout aussi difficile est de savoir s’il est juste de tuer des animaux innocents dans le cadre de la recherche médicale pour traiter des troubles résultant de cette forme d’auto-indulgence humaine. L’enseignement de Sa Sainteté Bartholomée sur l’exploitation de la nature par l’humanité de « manière avare et contre nature » peut nous aider à répondre à cette question. Je soutiens que ces pratiques indiquent non seulement le désir de réaliser un profit pervers, mais également l’arrogance humaine persistante et le mauvais usage pervers de notre liberté.

L’enseignement sur le renversement de l’ordre naturel s’applique également à un autre aspect de la souffrance animale, à savoir la perte de liberté. Les animaux gardés dans des enclos ou des cages sont limités dans leurs mouvements et leurs comportements naturels. Les exemples incluent la gestation et les casiers à veaux ; « en batterie » et cages confinées ; petites cages ou enclos pour animaux à fourrure ou animaux sauvages gardés à des fins de curiosité et de divertissement. Garder les animaux dans ces conditions provoque une détresse physiologique et psychologique et une mauvaise santé. Il semble donc raisonnable d’inclure son exemple spécifique de gavage forcé des animaux et mes ajouts à celui-ci, à titre d’autres exemples de péchés contre les animaux. Sa Sainteté Bartholomée évoque également les conséquences sotériologiques négatives pour ceux qui, par leur inaction et / ou leur utilisation des produits, font partie du problème :

« Nous partageons tous la responsabilité de telles tragédies, car nous tolérons ceux qui en sont immédiatement responsables et acceptons une partie des fruits résultant d’un tel abus de la nature. » (38)

En appliquant son enseignement à notre thème, je peux affirmer que, bien que nous ne devons pas tuer ou élever les animaux de manière inhumaine, par notre demande de produits alimentaires à base d’animaux, de vêtements en fourrure ou de divertissements, nous faisons partie de la raison pour laquelle de telles pratiques et processus existent. Nous créons essentiellement la demande et le marché. Une analogie utile est la détention de biens volés. Le défi de passer de la théorie à la pratique demeure.


Un rôle pour l’église.

L’Orthodoxie Orientale enseigne la nécessité d’une révolution spirituelle et l’extension de la justice, des droits, de la miséricorde, de la compassion, de la non-violence et de l’inclusion de la nature dans notre communauté. Nous devons également être une « voix pour les sans-voix », ce qui indique que nous devons agir de manière à réduire les souffrances des animaux. Que devons-nous donc dire, en tant que chrétiens orthodoxes d’Orient et de l’Église, lorsque nous apprenons que des animaux souffrent à la fois dans l’élevage et la mort d’animaux au sein de ces systèmes ? Limouris parle de la question de relier notre devoir chrétien afin d’identifier les injustices, ce qui nous ramène au sacrifice personnel :

« Les hommes et les femmes chrétiens doivent aussi avoir le courage de mettre en lumière les injustices qu’ils constatent, même si cela leur impose de faire des sacrifices personnels. Ces sacrifices peuvent comprendre de coûteuses implications et actions. »(39)

« Nous devons nous repentir des abus que nous avons infligés au monde naturel… Nous devons travailler et faire pression de toutes les manières possibles… Pour nous, cela signifie un réengagement envers la vie simple qui se contente du nécessaire et… une nouvelle affirmation de l’auto-discipline, un renouveau de l’esprit d’ascèse. »(40)

« Cependant, les mots – et même les attitudes modifiées – ne suffiront plus. Où que nous nous trouvions, en tant que chrétiens, nous devons agir pour restaurer l’intégrité de la création. Un plan d’action créatif, coopératif, actif et déterminé est requis pour la mise en œuvre. »(41)

Si c’est notre devoir chrétien individuel d’identifier les injustices et d’agir pour les prévenir, il semble raisonnable de conclure que cela devrait incomber aux responsables de l’Église. Quelles sont alors les possibilités pour nous en tant qu’individus et dirigeants de notre Église ? Changer les attitudes de ceux qui dirigent ces processus industriels sera difficile, voire impossible, sans une intervention de l’extérieur. C’est un domaine dans lequel les dirigeants de l’Eglise orthodoxe orientale pourraient jouer un rôle important, tout comme ils l’ont fait dans le cadre de leur engagement en faveur de la protection de l’environnement. En voici des exemples : les colloques sur l’environnement consacrés à la religion et aux sciences par Sa Sainteté Bartholomée ; sa visite au Forum économique mondial de Davos et sa récente action coordonnée avec le pape François, réunissant chacun des dirigeants d’entreprises, de scientifiques et d’universitaires à Rome et à Athènes, respectivement, afin d’accélérer la transition des combustibles fossiles vers des énergies renouvelables sûres. Par conséquent, il est également possible de mettre en place ce type d’action coordonnée pour discuter de l’impact sur l’environnement d’un régime alimentaire à base d’animaux.

Dans mon livre, nous apprenons que certains responsables commencent à définir la cruauté, les abus et l’exploitation des animaux dans les industries alimentaires basées sur les animaux comme un péché et un abus de la liberté humaine. Nous avons également l’enseignement suivant de l’abbé Khalil :

« Les chrétiens doivent éviter autant que possible de manger de la viande par compassion pour les animaux et prendre soin de la création. » (42)

Je suis végétalienne / végétarienne depuis 50 ans et je n’avais jamais essayé de « convertir » d’autres à ce régime. Les temps ont changé. Nous devons tous nous exprimer pour faire face à la catastrophe très réelle et imminente de la montée des changements climatiques. Dans mes travaux, j’ai maintes fois soutenu que l’abstinence des produits alimentaires à base d’animaux était un élément crucial pour réduire efficacement les souffrances des animaux, la dégradation de l’environnement et le réchauffement de la planète. En définissant le péché d’exploitation et d’abus dans les pratiques contemporaines de production alimentaire basée sur les animaux, les dirigeants de notre Église réaffirmeraient également l’enseignement de Christ dans Luc 14 : 5 et la tradition de l’Église primitive selon laquelle nous devrions agir pour empêcher les souffrances des créatures de Dieu non-humaines. Je soutiens qu’il sera également efficace de faire progresser notre voyage spirituel vers la ressemblance envers un Dieu aimant et compatissant.

Je suis encouragée par le fait que ceux qui ont du pouvoir nous demandent de représenter les sans-voix et que le débat environnemental orthodoxe oriental préconise des actions plutôt que des paroles. Ce processus a débuté par le biais de discussions orthodoxes orientales sur des questions environnementales et je soumets respectueusement que ces discussions doivent maintenant s’étendre aux domaines de la souffrance animale découlant du même état d’esprit de domination sur le monde naturel. Je suis également encouragé par les enseignements sur les implications sotériologiques négatives pour ceux qui infligent des abus, ceux qui y sont indifférents et ceux qui savent, sont concernés mais n’agissent pas pour réduire les souffrances. Je répète l’important enseignement de Sa Sainteté Bartholomée sur la nécessité d’agir :

« Nous sommes tous douloureusement conscients de l’obstacle fondamental auquel nous sommes confrontés dans notre travail en faveur de l’environnement. C’est précisément cela : comment passer de la théorie à l’action, du mot aux actes. »(43)

Une partie de ce processus nécessite que nous soyons attentifs à notre langage. Si nous désignons continuellement les animaux sous des termes tels qu’« environnement », « nature » ou « ressources », il est peu probable que la majorité des laïcs les considèrent jamais comme faisant partie de notre communauté, dignes de justice, de droits et de miséricorde et considérez-les comme dignes de notre amour et de notre compassion. Commençons plutôt par les appeler des animaux ou, mieux encore, des vaches, des moutons, des poules, etc., afin de faciliter le processus de les voir comme des êtres individuels aimés de Dieu, plutôt que comme des unités de production ou de vie disponible.

La description par Sherrard de notre psychose collective – notre marche continue vers l’abîme, indique que nous n’avons pas suffisamment compris les enseignements orthodoxes orientaux et que les dirigeants de notre Église et nos universitaires doivent remédier à cet échec. Une partie de ce processus consistera à faire en sorte que nos prêtres et nos laïcs comprennent les enseignements orthodoxes orientaux relatifs à la souffrance animale. Pour que cela se produise, nous avons besoin que nos dirigeants s’engagent sur le sujet. Il a apparemment été difficile pour les dirigeants de l’Église chrétienne de préconiser un régime végétalien/végétarien. Cette forme de régime est presque l’équivalent d’un jeûne strict et permanent, qui exige des sacrifices quotidiens. Certains ont fait valoir que nous devrions promouvoir le jeûne orthodoxe et je conviens que si tout le monde l’acceptait, cela aiderait certainement. Mais nous avons peu de temps. Les scientifiques nous ont donné environ 12 ans pour « faire demi-tour ». Nous devons être réalistes. La question qui se pose est donc de savoir dans quelle mesure est-il réaliste d’attendre des autres qu’ils adoptent le compliqué système du jeûne orthodoxe ? Cela dit, l’Eglise orthodoxe a néanmoins un rôle important à jouer. Le concept de sacrifice est étranger à beaucoup de sociétés contemporaines, mais c’est précisément là que les dirigeants de l’Eglise orthodoxe orientale jouent leur rôle. L’Orthodoxie Orientale possède la tradition ascétique et donc le pouvoir de promouvoir un régime alimentaire qui exige des sacrifices quotidiens, contrairement aux autres religions chrétiennes, aux éthiciens laïcs ou aux environnementalistes. Afin de faciliter cette possibilité, je termine ma discussion sur le régime à base d’animaux en présentant quelques propositions concrètes :

1) Les dirigeants orthodoxes pourraient exhorter les chrétiens orthodoxes et les non-croyants à abandonner totalement les régimes à base d’animaux ou, dans un premier temps, à s’abstenir d’aliments produits dans le cadre de pratiques d’élevage intensives. Ce faisant, l’impact sur la souffrance des animaux, la santé humaine et les dommages environnementaux serait énorme.

2) Si nos patriarches et évêques déclaraient leur intention de ne pas consommer ni fournir de produits alimentaires à base d’animaux lors de leurs réunions, cela enverrait un message fort et attirerait l’esprit des clercs et des laïcs.

3) Nos dirigeants pourraient affirmer comme péché le fait d’infliger un préjudice à la création animale de Dieu dans le but de réaliser des profits toujours croissants.

Pour changer la conception des animaux en tant que “vies jetables”, il est essentiel que nos prêtres soient informés des nombreux problèmes liés aux industries de la production d’aliments à base d’animaux. Les modules de séminaire peuvent être adaptés à partir du cadre modulaire, décrit à l’annexe B de mon livre. Une telle formation permettrait à nos prêtres d’enseigner un message cohérent qui conduira à la réduction de la souffrance animale, à l’amélioration de notre santé et de notre environnement et à l’avancement de nos voyages spirituels. J’ai été invité à prendre la parole au prochain sommet d’Istanbul, où je devrai « inspirer » les dirigeants de nos séminaires et de nos académies à l’inclusion d’un module sur les soins de l’environnement et des animaux. Je demande vos prières pour cet important travail.

Afin de faciliter encore ce qui précède, la fondation caritative “Pan-Orthodoxe Concern for Animals” travaille dans un contexte œcuménique afin de créer un cadre éthique pour guider la politique et la pratique des églises et autres institutions chrétiennes en matière de bien-être des animaux d’élevage. Cette initiative vise à développer des ressources et à travailler avec les institutions pour soutenir le développement et la mise en œuvre de politiques dans ce domaine. La reconnaissance de l’engagement de l’Église orthodoxe orientale dans de telles initiatives envoie un message clair aux laïcs et aux manufacturiers qu’il est temps de changer leurs pratiques.

Enfin, pour être clair, je n’affirme pas que tous les travailleurs de cette industrie sont des personnes cruelles ou diaboliques, bien qu’il existe de nombreux cas recensés de personnes présentant de telles tendances. Ce que je dis, c’est que le système lui-même est une forme de violence légalisée à l’égard des animaux qui contribue au changement climatique, à la mauvaise santé humaine et à la souffrance des animaux, répétant ainsi la disharmonie cosmique évoquée par les pères de l’Église primitive. Je soutiens que cela est incompatible avec les enseignements anciens et contemporains de l’Église orthodoxe orientale et qu’il convient donc de le rejeter.

Reférences :
 1. Luc 14 : 5.

2. Irénée, contre les hérésies, 2,2 : 5 ; 4.18.6. 3 Cyril de Jérusalem, Homélies catéchétiques, 13 : 2 ; voir aussi 13h35 et 15h :

3. Notez le point de vue de Cyril de Jérusalem sur l’intendance, Homélies catéchétiques, Homélie 15:26 ; aussi, Mt 5:16.

4.Basil, Hexaemeron 7 : 5.

5. H. A. H. Bartholomew. https://www.patriarchate.org/-/address-by-his-all-holiness-ecumenical-patriarch-bartholomew-to-the-scholars-meeting-at-the-phanar-janvier-5-2016-.

6. Harakas, ‘Ecological Reflections on Contemporary Orthodox Thought in Greece.” (“Réflexions écologiques sur la pensée orthodoxe contemporaine en Grèce”). Epiphany Journal 10 (3) : 57.

7. Métropolite Kallistos interview Ch. 6, dans Nellist. C. “Christianity and Animal Suffering : Ancient Voices in Modern Theology” (“Le christianisme orthodoxe oriental et la souffrance animale : les voix anciennes dans la théologie moderne”), Cambridge Scholars Publishing, 2018.

8. Résumée par Clément d’Alexandrie sous le titre ‘Harmony of the parts of the soul’ (“Harmonie des parties de l’âme”), Clément d’Alexandrie, Stromateis, 4.26 ; également, Harakas, « The Integrity of Creation », 76.

9. Harakas, « L’intégrité de la création : enjeux éthiques » dans La justice, la paix et l’intégrité de la création : le point de vue de l’orthodoxie (“The Integrity of Creation : Ethical Issues” in, Justice Peace and the Integrity of Creation : Insights from Orthodoxy”) , publié par L. Gennadios, p. 70-82. Genève : COE, 1990 : 77.

10. Bonhoeffer, éthique. Ed. E. Bethge. Traduit par N, Horton Smith. London & NY : SCM Press, 1978 : 176.

11. Bartholomew, (“Gardien de l’Environnement” (« Caretaker of the Environment »), 30 juin 2004. http://www.ec-patr.org.

12. Bartholomew, Encountering the Mystery : Understanding Orthodox Christianity Today : His All Holiness Ecumenical Patriarch Bartholomew” (“à la découverte du mystère : comprendre le christianisme orthodoxe aujourd’hui : Sa Sainteté le patriarche œcuménique Bartholomée”). New York, Londres, Toronto, Sydney, Auckland : Doubleday. 2008 : 107 ; aussi, Chryssavgis, Dire la vérité, 297 ; Rencontré. John, « L’homme prêtre de la création ».

13. Bartholomew, ” “Justice : Environmental and Human” composed as “Foreword” to proceedings of the fourth summer seminar at Halki in June (1997) (« Justice : Environmentale and Humaine »), composé comme « Avant-propos » des débats du quatrième séminaire d’été tenu à Halki en juin 1997 dans Chryssavgis, Parler de la vérité, 173 ; ainsi que “Environmental Rights” (« Droits de l’environnement ») dans Chryssavgis, Cosmic Grace, 260.

14. Bartholomew “The Orthodox Church and the Environment” (« L’Église orthodoxe et l’environnement ») dans Chryssavgis, Cosmic Grace, 2009 : 364

15. Métropolite. Kallistos (Ware) “Orthodox Christianity : Compassion for Animals’ (« Le christianisme orthodoxe : la compassion pour les animaux »), communication présentée à la conférence IOTA, Iasi, Roumanie, 2019. Voir également “The Routledge Handbook of Religion and Animal Ethics” ( “le manuel Routledge sur la religion et l’éthique animale”), publié par A. Linzey et C. Linzey, Routledge, 2018

16. Ibid.

17. Barthélemy, “Sacrifice : The Missing Dimension” (« Sacrifice : La dimension manquante ») dans Cosmic Grace, 2008 : 275.

18. Ibid.

19. Bartholomew, “Address before the Twelfth Ordinary General Assembly,” in Speaking the Truth (« Allocution avant la douzième Assemblée générale ordinaire », dans Parler de la vérité), 2011 : 283.

20. Keselopoulos, “Man and the Environment : A Study of St. Symeon the New Theologian” (“l’homme et l’environnement : une étude de saint Syméon, le nouveau théologien”), trad. E. Theokritoff. Crestwood, NY : SVSP, 2001 : 93.

21. Keselopoulos “The Prophetic Charisma in Pastoral Theology : Asceticism, Fasting and the Ecological Crisis” (« Le charisme prophétique dans la théologie pastorale : ascétisme, jeûne et crise écologique ») dans “Toward Ecology of Transfiguration : Orthodox Christian Perspectives on Environment, Nature and Creation” (“Vers l’écologie de la transfiguration : perspectives chrétiennes orthodoxes sur l’environnement, la nature et la création, eds. Chryssavgis J. et B. V. Foltz, NY : Fordham University Press, 2013 : 361.

22. Keselopoulos dans Chryssavgis & Foltz, p 361-2

23. Voir les derniers rapports du GIEC, de l’OMM et de la NASA et de la dernière édition de The Lancet.

24. Zizioulas, ‘Comments on Pope Francis’ Encyclical Laudato Si’’(« Commentaires sur l’encyclique Laudato Si du Pape François ». Disponible à : https://www.patriarchate.org/-/a-comment-on-pope-francis-encyclical-laudato-si-.

25. Métropolite Antoine (Bloom) Encounter, 135.

26. Métropolite Kallistos, Ch. 6 in, Nellist, C. “Eastern Orthodox Christianity and Animal Suffering : Ancient Voices in Modern Theology” (“Le christianisme orthodoxe oriental et la souffrance animale : Les voix anciennes dans la théologie moderne”). 2018.

27. Knight A, “Animal Agriculture and Climate Change” in, The Global Guide to Animal Protection (« Agriculture animale et changement climatique » dans le “Guide mondial de la protection des animaux”), éd. A. Linzey, p. 254-256. Urbana, Chicago and Springfield : University of Illinois Press (Presses de l’Université de l’Illinois), 2013 ; aussi dans Nellist op. cit., p. 250-1.

28. Broom et Fraser : Farm Animal Behaviour and Welfare (Comportement et bien-être des animaux de ferme) . (NY : CABI Publishing, 1997 ; Turner, Stop, Look, Listen : Recognising the Sentience of Farm Animals, (A Report for Compassion in World Farming. 2006 ; Duncan ‘Animal Welfare Issues in the Poultry Industry : Is There a Lesson to Be Learned’, Journal of Applied Animal Welfare Science, 2001 ; Webster, “Welfare Implications of Avian Osteoporosis.” Poultry Science 83 (2004), pp. 184-92 ; G. Stokka, J.Smith and J. Dunham, Lameness in Dairy Cattle, (Kansas State University Agricultural Experiment Station and Cooperative Extension Service, 1997). (Turner : Stop,écoutez, : reconnaître la sensibilité des animaux d’élevage, Un rapport intitulé Compassion in World Farming. 2006 ; Problèmes de bien-être animal de Duncan ’dans l’industrie de la volaille : faut-il un enseignement ’, Revue de la science appliquée sur le bien-être des animaux, 2001 ; Webster, « Répercussions sur le bien-être de l’ostéoporose aviaire », Poultry Science 83 (2004), p. (Station d’expérimentation agricole de la Kansas State University, 1997), disponible à l’adresse suivante : https://www.bookstore.ksre.k-state.edu/Item.aspx?catId=567&pubId=672 ; T. Vernelli, “The Dark Side of Dairy” (“La face sombre de l’industrie laitière”) – Rapport sur l’industrie laitière britannique, 2005. Disponible sur : http://milkmyths.org.uk/pdfs/dairy_report.pdf ; Commission européenne, 1995, 2001, 2012 ; Aaltola, Animal Suffering : Philosophy and Culture (Basingstoke, Hampshire : Palgrave, 2012 : 34 à 45). Aaltola fournit de nombreux autres rapports et études scientifiques qui décrivent de nombreux exemples de Souffrance.

29. Duncan, 2001 : 216.

30. Duncan, 2001 : 211. Voir également Gregory et Wilkins, “Broken Bones in Domestic Fowl : Handling and Processing Damage in End-of-Lay Battery Hens.” (“« Des os brisés chez les oiseaux domestiques : manipulation et traitement des dommages chez les poules en fin de ponte. ») ; Weeks & Nicol, “Poultry Handling and Transport” (« Manipulation et transport de la volaille ») ; Webster, “Welfare Implications of Avian Osteoporosis.” (« Conséquences de l’ostéoporose aviaire sur le bien-être social »).

31. Grandin, T. ‘The welfare of pigs during transport and slaughter’ (« Le bien-être des porcs pendant le transport et l’abattage »), Pig News and Information, 24 : 3, 83-90. Ceux qui suivent le judaïsme et l’islam abattent encore des animaux selon la tradition biblique. Une enquête cachée récente a mis en lumière les actions inhumaines et les souffrances immenses des animaux : http://www.dailymail.co.uk/news/article-5456263/Men-chanted-tribal-style-dance-killed-sheep-spared-jail.html ; également, http://www.ciwf.org.uk/news/2013/05/illegal-slaughter-of-animals-in-cyprus/.

32. Lymbery, ‘In Too Deep : The Welfare of Intensively Farmed Fish’ (“Dans les profondeurs : le bien-être des poissons d’élevage intensif”), disponible à l’adresse suivante : http://www.eurocbc.org/fz_lymbery.pdf.

33. Saint Grégoire de Nysse, “On Love for the Poor” (“De l’amour pour les pauvres”), 57.

34. Saint Jean Chrysostome, “On Repentance and Almsgiving” (“Sur le repentir et l’aumône”), 10.5, 130.

35. Russell, The Lives of the Desert Fathers (“La vie des pères du désert”), Oxford. Mowbray & Kalamazoo, MI : Cistercian Publications, 1981 : 37.

36. « Message by H. A. H (His All Holiness). Ecumenical Patriarch Bartholomew upon the Day of Prayer for the Protection of Creation,” (de Sa Sainteté le Patriarche œcuménique Bartholomée à l’occasion du jour de prière pour la protection de la création », 1er septembre 2001, dans Chryssavgis, Cosmic Grace, p. 56.

37. Ibid.

38. The acceptance of stolen goods makes the point. ( Faire le point sur l’acceptation des biens volés ). ““Message by H. A. H. Ecumenical Patriarch Bartholomew upon the Day of Prayer for the Protection of Creation” (“Message de Sa Sainteté le Patriarche œcuménique Bartholomée à l’occasion du Jour de prière pour la protection de la création”), 1er septembre 2001, dans Chryssavgis, Cosmic Grace, p 57.

39. Limouris “Justice, Peace and the Integrity of Creation : Insights from Orthodoxy” (“Justice, paix et intégrité de la création : aperçus de l’orthodoxie”), 1990 : 24, no 30.

40. Ibid., 12, no 37.

41. Ibid., 12, no 38.

42. Abba Khalil, conversation privée, 15 avril 2018. Utilisé avec permission.

43. Barthélemy, “Sacrifice : The Missing Dimension”, (« Sacrifice : La dimension manquante »), dans Cosmic Grace, p. 275.

Dr. Christina Nellist, est une chercheuse invitée (Visiting Fellow) et chercheuse à l’Université de Winchester, rédactrice en chef de Pan Orthodox Concern for Animals. (“Préoccupation orthodoxe universelle pour les animaux”) Courriel : panorthodoxconcernforanimals chez gmail.com.

International Orthodox Theological Association: Exciting News

Conference Planning | Publication Plans |Announcements
CONFERENCE PLANNING. IOTA plans to hold its mega-conferences
every four years: 2023, 2027, 2031, and so on. Unless there are compelling reasons to make an alternative arrangement, each mega-conference will
take place in January, starting no earlier than the 8th and ending no later than the 15th of the month. Plan accordingly.

In order to prepare each mega-conference, IOTA’s group chairs will hold an international symposium two years before each mega-conference on the model of the Jerusalem Symposium of January 2018. We are happy to note that we have the blessing of the Patriarchate of Alexandria to hold
the next Chairs’ Symposium in January 2021 in Egypt. In addition, IOTA
has a standing invitation of the Ecumenical Patriarch Bartholomew to organize its subsequent Chairs’ Symposium in Turkey. 
PUBLICATION PLANS. IOTA plans to launch its publications in 2020 with the Flagship Volume, which will include public addresses, group vision
statements, and institutional statements. IOTA Group Chairs will constitute an Advisory Committee to IOTA Publications. Individual conference
presentations have already been made available online on IOTA’s 
YouTube Channel (as videos, over 27, 000 views and 430 subscribers to
date) and on the Ancient Faith Ministries website (as podcasts).
ANNOUNCEMENTS. IOTA’s co-laborer organization, Orthodox
Theological Society in America invites papers on the topic of “Orthodox
Unity” for its annual meeting in Glenview (suburban Chicago), Illinois, on November 7-9, 2019. The deadline for the submission of the paper
proposals is September 1. Orthodox scholars residing outside of North
America are encouraged to attend as observers. For more information,
visit this page. The OTSA meeting is being held in conjunction with the annual meeting of the Orthodox Christian Association of Medicine,
Psychology, and Religion (OCAMPR).
YouTube Channel (subscribe for new videos)
Podcasts of Conference Presentations
IOTA Facebook Page (subscribe for regular updates)